Harcèlement à l'école: pour Marlène Schiappa, "il faut faire en sorte que la parole se libère"

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

jeudi 7 juin à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© BERTRAND GUAY AFP

​Ces dernières semaines, plusieurs enquêtes ont révélé une recrudescence des agressions et violences sexistes dans les établissements scolaires.

Ce machisme, souvent virulent, ne sévit pas qu’au collège et au lycée, mais également au primaire, et parfois même dès la maternelle. Devant ce constat, le gouvernement a annoncé une série de mesures. RCF Vendée a pu interroger à ce sujet Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes-hommes.

"La société est de plus en plus empreinte de sexisme comme le disait le président de la République, Emmanuel Macron. La société est malade du sexisme et effectivement on s’aperçoit de plus en plus jeunes, les petites filles et les petits garçons sont concernés par cette problématique. Il y a beaucoup de choses que nous mettons en œuvre avec le ministre de l’Education nationale à commencer par la création de référents égalité. Dans les établissements scolaires, parfois, le personnel enseignant est démuni face à un certain nombre de faits entre les filles et les garçons. Il est important de savoir à qui s’adresser et qu’il y ait quelqu’un qui soit formé pour agir dans ce sens" explique la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité hommes-femmes.
 

Autre problème, l’accès illimité aux vidéos pornographiques qui touchent désormais les élèves de primaire. Comment y faire face ?

"Nous sommes en train de prendre une mesure pour interdire les téléphones portables au collège. Parce que c’est important que pendant le temps scolaire, les enfants puissent se concentrer sur leurs apprentissages, ne pas être distraits par des téléphones et notamment nous sommes en train d’installer un groupe de travail avec le Secrétariat d’Etat au numérique et le ministère de l’Education nationale pour limiter l’accès par des moyens techniques, aux enfants, à ces plateformes. Il n’est pas admissible que la première représentation que les enfants se fassent de la sexualité se fassent à travers la pornographie en ligne" ajoute Marlène Schiappa.
 

De nombreux témoignages de jeunes filles qui se sont fait harceler sexuellement dans leur école ont été recueillis. Un constat frappe : cette culture du silence omniprésente dans les établissements scolaires. A l’heure des mouvements #metoo et #balancetonporc, comment se fait-il que ce sujet reste aussi tabou dans les écoles ?

"J’ai délocalisé mon cabinet à Trappes pendant trois jours et la plupart des collégiennes n’avaient pas entendu parler de #metoo. C’est à nous de faire de la pédagogie. Il faut aussi que nous mettions en œuvre les trois séances d’éducation à la vie sexuelle animées par des associations  agréées pour faire en sorte que la parole se libère, et que l’on parle avec celles et ceux qui sont victimes, que l’on prévienne, et qu’on explique qu’il n’est pas admissible que l’on agresse des personnes dans ce cadre" précise la secrétaire d'Etat.
 

Même si elles étaient nécessaires, est-ce-que ces récentes libérations de la parole ne se résumaient pas à un simple jugement médiatique en oubliant parfois le principe de présomption d’innocence ?

"Cela a pu arriver. Il faut d’abord saluer le courage de la plupart des femmes qui se sont mises à parler de sujets tabous et qui ont été à l’initiative de ce grand mouvement de société. En revanche, il y a une présomption d’innocence qui existe. Nous voulons faciliter l’accès des victimes à la justice avec la création d’une plateforme qui leur permette de discuter avec des policiers, aller déposer leurs plaintes, et accéder à la judiciarisation" conclut-elle.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.