"Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ..." (Lc 11, 27-28)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

samedi 12 octobre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ..." (Lc 11, 27-28)

© andrew-pons-unsplash

"Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu !"

Méditation de l'évangile (Lc 11, 27-28) par le père Sébastien Antoni

Chant final: "Heureux, bienheureux" par la Communauté de l'Emmanuel

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    comme Jésus était en train de parler,
une femme éleva la voix au milieu de la foule
pour lui dire :
« Heureuse la mère qui t’a porté en elle,
et dont les seins t’ont nourri ! »
    Alors Jésus lui déclara :
« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu,
et qui la gardent ! »

Source : AELF
 

Méditation Père Sébastien Antoni

 
"Bienheureuse celle qui t’a porté et allaité !" dit une femme dans l’assemblée… que dit-elle exactement ? Une marque de considération pour la Vierge Marie ? Un regret concernant, peut être, ses propres enfants qui lui apporteraient tracas et soucis… autrement dit elle dirait quelque chose comme : "Qu’elle peut être fière, cette femme-là, d’avoir un garçon comme toi !"
Réaction maladroite ? Réaction naïve ? Peut-être, elle ressemble à la réaction profondément humaine d’une femme pour qui chaque maternité est le début d’un grand rêve, une femme qui ne réalise sa vie que dans ses enfants… sans vrai destin pour elle, sans rêve, sans joie, sans présent pour elle… une mère qui n’est plus une femme…
Jésus, bien loin de repousser cette brave femme, saisit au bond ce qu’elle vient de crier, et il va s’en servir pour préciser une fois de plus le sens de sa mission, en apportant deux correctifs importants.
D’abord le bonheur de ce qu’il annonce n’est pas réservé à une femme… sa petite maman chérie avec qui il aurait un rapport enchaînant… comme hélas certaines spiritualités mal ajustées voudraient voir en Jésus un fils à sa maman… non oh non ! Ce bonheur est pour tous !
Le secret de sa naissance, l’initiative inouïe prise par Dieu dans la vie de Marie, les merveilleuses années de Nazareth, ce n’est pas cela que Jésus veut souligner, Ce que la femme a crié, bien des femmes sans doute le pensaient, mais ce n’est pas ainsi que Jésus se représentait la sainteté et le bonheur de sa propre Mère.
Ce que Jésus avait à cœur à propos de sa Mère, c’était de mettre en lumière non pas tant l’inouï de son destin que la qualité de sa réponse à Dieu voilà ce que Jésus veut retenir pour l’universaliser : "Heureux ceux, heureux tous ceux qui entendent la parole de Dieu et qui la gardent !"
c’est le portrait de Marie que Jésus préfère, car devant cette attitude de la Servante du Seigneur repassant en son cœur les paroles de Dieu jusqu’à ce qu’elles s’accomplissent, chaque fils, chaque fille de Dieu peut se dire : "Je peux lui ressembler, je vais lui ressembler"; et cette icône-là, celle que Jésus avait dans les yeux et le cœur, garde avec nous tous un air de famille.
Le vrai bonheur de Marie, son bonheur imitable, ne se situe pas au niveau des affections familiales ; ce n’est donc pas une question de chance ni de fierté. Et la vraie source des Béatitudes, pour elle comme pour nous, c’est l’accueil de la parole de Jésus, et non le sentiment de sa proximité.
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF