Il faut sauver les arbres !

Présentée par PR-19047

S'abonner à l'émission

La chronique Jeunesse

lundi 24 février à 8h52

Durée émission : 3 min

Il faut sauver les arbres !

En ce matin de rentrée, Noémie Marijon nous propose un album sur la question de la déforestation.

Ce très bel album cherche à interpeller les enfants entre 5 et 9 ans sur la question de la déforestation. On suit l’histoire de Robinson, un enfant mi-enfant, mi-grillon. Il vit dans la forêt du milieu du monde, dans cette forêt il y a plus d’arbres qu’on ne peut les compter. Chacun de ces arbres à une fonction l’arbre qui rit, l’arbre de l’amour mais aussi l’arbre à mémoire dont les feuilles étaient des miroirs. Ces arbres sont sensibles capable d’émotions ou de jouer de la flute dans le vent.

Mais un jour 3 hommes montent de la vallée avec des haches. Ce sont des bûcherons, ils délogent Robinson de son arbre et coupent certains arbres.

Mais qu’est ce qui se passe après ?

Et bien les bûchetrons reviennent de plus en plus nombreux. Ils pillent la forêt, grâce au bois ils fabriquent des armes, heureusement Robin réussit à détruire la machine. Les bûchetrons vendent des morceaux de l’arbre aux étoiles comme des bijoux tant ils veulent devenir riche. Le monde se détruit peu à peu et les hommes sont désespérés. Ils ne restent plus dans la forêt que l’arbre, de la lune et celui de la vie. Pour les couper les bûchetrons s’amalgament pour ne former qu’un seul et immense géant qui porte une immense hache. L’illustration de la double page est particulièrement impressionnante. Je vous laisse découvrir la ruse de Robinson et de ses amis mais je peux vous dire qu’à la fin de l’ouvrage il reste de l’espoir et des arbres…

Quel est votre avis sur cet album ?

Les illustrations de Julie Bernard, une jeune illustratrice originaire de la Réunion, sont sublimes. Elles sont aussi mises en valeur par le grand format de l’album. Sa technique picturale est proche de la miniature, les doubles pages sont pleines de détails et son usage des bleus est particulièrement brillant. Son univers naïf et doux évoque un peu le style du douanier Rousseau.

Cette fable sur la déforestation est peut-être parfois un peu triste pour une lecture avec des jeunes enfants, les dernières pages plus positives permettent de finir sur une note d’espérance et surtout un encouragement à l’action collective. Cette fin ouverte laisse de l’espace au jeune lecteur pour inventer ses solutions face à la destruction de la faune et de la flore.

Les dernières émissions

Le présentateur

Noémie Marijon

Noémie Marijon est responsable de bibliothèque et doctorante en histoire médiévale (Université de Clermont Auvergne).