"Il parlait du sanctuaire de son corps" (Jn 2, 13-22)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

vendredi 9 novembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Il parlait du sanctuaire de son corps" (Jn 2, 13-22)

© alek krivec -unsplash

"Il parlait du sanctuaire de son corps"

Méditation de l'évangile (Jn 2, 13-22) par le pasteur Nicole Fabre

Chant final: "Louez le nom du Seigneur"

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme la Pâque juive était proche,
Jésus monta à Jérusalem.
    Dans le Temple, il trouva installés
les marchands de bœufs, de brebis et de colombes,
et les changeurs.
    Il fit un fouet avec des cordes,
et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ;
il jeta par terre la monnaie des changeurs,
renversa leurs comptoirs,
    et dit aux marchands de colombes :
« Enlevez cela d’ici.
Cessez de faire de la maison de mon Père
une maison de commerce. »
    Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :
L’amour de ta maison fera mon tourment.
    Des Juifs l’interpellèrent :
« Quel signe peux-tu nous donner
pour agir ainsi ? »
    Jésus leur répondit :
« Détruisez ce sanctuaire,
et en trois jours je le relèverai. »
    Les Juifs lui répliquèrent :
« Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire,
et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
    Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

    Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts,
ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ;
ils crurent à l’Écriture
et à la parole que Jésus avait dite.

Source : AELF
 

Méditation Pasteur Nicole Fabre 

« Dans le temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis, de colombes, et les changeurs. L’expression : il trouva installé me heurte, à l’écoute de ce texte, aujourd’hui. Face à tous ceux qui se sont installés et profitent de la religion, voir même de la foi des autres, voilà que Jésus se positionne à l’opposé. Il n’est pas là pour s’installer. Il est prêt à la relation la plus authentique, que ce soit avec son Père ou que ce soit avec ceux et celles qu’il rencontre. Une relation qui va jusqu’à donner ce qu’il est, sa propre relation à son Père, jusqu’à se donner. En lui, notre réconciliation avec Dieu, qui est le sens même de la présence du temple s’effectue. Nous savons désormais que Dieu n’est pas contre nous, mais pour nous. Dieu ne marchande pas le pardon. Il l’offre. Il est pardon. Lui, Jésus, son corps devient alors temple. Oui, cette expression me heurte : il trouva installé. En tant que pasteur, suis-je installée ? Est-ce que je fais de la foi en Jésus un objet de commerce, de marchandage ? « Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »

Jésus, donne-nous, donne-moi de ne pas nous installer dans notre foi, dans notre relation à toi. Merci de nous montrer ce mouvement du don, de la relation. Que dans nos rencontres aujourd’hui comme dans nos prières nous soyons dans cette relation vivante qui accueille ta présence, et avec elle la réconciliation avec Dieu et avec les autres.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF