Incendie de Notre Dame de Paris: pour Mgr Chauvet, "la cathédrale blessée résonne encore"

Présentée par UA-118951

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 15 avril 2020 à 8h10

Durée émission : 12 min

Le Grand Invité

© THOMAS COEX / AFP

Confinement jour 30. Il y a un an, la cathédrale Notre Dame de Paris s'embrasait. Un an après, retour sur cet incendie qui tétanisa bien plus que les catholiques.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Une présence silencieuse

Le recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, Mgr Patrick Chauvet, garde un souvenir horrible de ce 15 avril 2019. "Une image apocalyptique, et un an après la blessure est toujours là. Je vis avec car je suis un homme d'espérance. Habitant près de la cathédrale, je la regarde tous les matins. Elle est là, une présence silencieuse, mais elle est là" explique-t-il au micro de Stéphanie Gallet.

Actuellement, les enquêtes continuent sur l'origine du sinistre. "Le procureur avait dit que c'était sans doute un court-circuit, ou une succession de plusieurs petites choses. Il y avait une forte tempête ce jour là. Aujourd'hui, on ne connait pas l'origine exacte. Peut-être qu'un jour, on la connaîtra" ajoute-t-il.
 

Le bourdon résonnera à 20 heures

Certains ont expliqué que l'Etat s'est mal occupé de Notre-Dame de Paris, et qu'il était responsable. "Je pense que l'Etat s'occupait bien de la cathédrale. Celui qui était aux manettes est aussi responsable, il aurait dû être plus prudent lorsque le feu s'est déclaré" lance le recteur.

Dans un Paris confiné, et une cathédrale fermée, il y a aura tout de même une commémoration, discrète. "On fera sonner le bourdon à 20 heures. On écoutera ce son un peu sourd de notre bourdon, que l'on peut entendre dans tout Paris, qui fait 13 tonnes. C'est bien que la cathédrale puisse s'associer à ceux qui se donnent sans compter en ce moment. La cathédrale blessée résonne encore" estime Mgr Chauvet.
 

La structure n'est plus menacée

Actuellement, avec l'épidémie de Covid-19, le chantier est arrêté. "Depuis un mois il est à l'arrêt. Il le sera encore ce mois-ci. Maintenant nous sommes prêts pour enlever l'échafaudage. Il ne faut pas qu'il tombe sur la cathédrale. C'est une opération délicate. Il faut que les cordistes puissent avoir toutes les conditions sanitaires" lance le recteur.

"Tant que l'échafaudage ne sera pas enlevé, on peut dire que la cathédrale est fragile. Lorsqu'on l'aura enlevé, on pourra dire qu'elle est totalement sauvée. Depuis un an, elle a été sécurisée par les compagnons du devoir. On a fait un travail dans la dentelle, depuis un an. La structure n'est plus menacée" conclut Mgr Chauvet.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.