Isolement social: pour Jean-François Serres, "il faut un plan de relance des solidarités"

Présentée par PR-19815

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 19 mars à 8h10

Durée émission : 12 min

Le Grand Invité

© Loic VENANCE / AFP

Depuis des années, Jean-François Serres est engagé dans la lutte contre l’isolement des personnes âgées.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Une période dangereuse

Jean-François Serres siège au CESE. Il est également le président de Monalisa, la Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés. Un organisme qui rassemble tous ceux qui font cause commune contre l’isolement des personnes âgées. Un partenariat inédit entre les acteurs de la société civile et la puissance publique.

Avec le confinement face au coronavirus, le mot d’ordre c’est : restez chez vous. "C’est indispensable. Nous sommes dans un temps de résistance, qui face à l’épidémie, oblige au confinement et à la distanciation sociale. C’est terrible. Pour ceux qui disposent de relations sociales riches, cette période ne sera pas trop dommageable. Mais pour ceux qui souffrent déjà de l’isolement, qui sont déjà des invisibles, la période sera extrêmement dangereuse. C’est très préoccupant, notamment pour les personnes âgées" explique Jean-François Serres.
 

Le besoin vital de parler à quelqu'un

"Les personnes très âgées, quand elles sont seules, elles sont informées par la télévision. Mais on voit bien à quel point la période est anxiogène. Ce sont les premières en danger. Elles ne seront sans doute pas prioritaires dans la prise en charge du système de soins. Le besoin de pouvoir parler de ça avec quelqu’un, d’avoir un dialogue qui permette de poser ces inquiétudes et d’avoir quelqu’un sur qui compter est vraiment vital" ajoute-t-il.

Chez Monalisa, on préconise donc plusieurs conseils. "Le temps est au respect des consignes. Tous les bénévoles qui agissent dans les associations ont pour consigne de transformer les relations qu’elles ont déjà avec les personnes en relation immatérielles, par téléphone, par courrier, par mail, par visioconférence. Il faut se remettre à écrire des courriers. Les relations épistolaires sont des choses que les personnes âgées apprécient aussi. Il faut arriver à se mettre en mouvement pour créer des contacts avec ces personnes" lance le président de Monalisa.
 

Une question de volonté politique

De quoi réaliser que le coronavirus, bien que défi sanitaire et défi économique, est aussi un défi social. "On ne sortira pas de cette période sans un questionnement profond sur les équilibres de notre société. Cela nous invite à un travail de transformation sociale qui est indispensable. Chez Monalisa, nous soutenons les dynamiques qui permettent que chacun construise une société de la bienveillance, afin que chacun puisse trouver un tissu protecteur. Or cela, c’est très déchiré dans notre pays. Cela fait quelques temps que nous alertons là-dessus. Cette période de crise met en évidence cela" déplore-t-il.

Pour résoudre cette crise de l’isolement social, il n’est pas forcément question de moyen financier, mais d’envie, pour Jean-François Serres. "Je crois principalement que c’est une question de volonté politique. Les moyens financiers sur une telle politique, c’est vraiment l’épaisseur du trait de crayon dans le budget de l’Etat" conclut-il, exprimant une fois encore son inquiétude pour les personnes "les plus vulnérables que l’on n’arrivera pas à repérer".

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.