"Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir" (Mt 5, 17-19)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 12 juin à 5h45

Durée émission : 5 min

"Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir" (Mt 5, 17-19)

© michal-bielejewski-unsplash

"Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir "

Méditation de l'Evangile (Mt 5, 17-19) par le père François Lestang

Chant final : "Je suis venu pour vous donner la vie" interprété par la Communauté de l'Emmanuel

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :
je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis :
Avant que le ciel et la terre disparaissent,
pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi
jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera
un seul de ces plus petits commandements,
et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,
sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux.
Mais celui qui les observera et les enseignera,
celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. 

Source : AELF
 

Méditation Père François Lestang

Une tentation très ancienne dans l’Eglise est d’opposer l’Ancien Testament au Nouveau Testament. On va jusqu’à décrire un « Dieu de l’Ancien Testament » qui serait créateur mais surtout jaloux, vengeur et violent, que l’on oppose à un « Dieu du Nouveau Testament », qui serait venu pardonner les péchés, et serait douceur et bonté.
Cette tentation a été dénoncée par Saint Irénée, dès le 2ème siècle de notre ère et réfutée par lui : c’est le même Dieu qui est à l’œuvre dans l’un et l’autre Testament, qui crée et qui sauve. C’est le même Dieu qui récapitule son œuvre initiale dans son Fils unique, pour la mener à terme.
Pourtant cette opposition entre Ancien et Nouveau, ou encore entre les pharisiens et Jésus, voire entre la Synagogue et l’Eglise, cette opposition revient sans cesse, jusque dans notre catéchèse, voire dans nos homélies ; bien sûr, il est plus facile de faire ressortir une bonne nouvelle de lumière sur un fond que l’on a artificiellement noirci.
Mais l’Eglise insiste, à la suite de Jésus, pour accueillir et assumer toute la révélation de l’Ancien Testament, toute cette préparation à l’évangile confiée au peuple d’Israël, avec ses moments de gloire et ses moments de défaite, avec ses lois et avec ses interpellations des prophètes à marcher humblement avec Dieu, et à pratiquer la circoncision du cœur. Jésus, fils d’Israël, a vécu selon la Loi, et il l’a accomplie en aimant Dieu et son prochain jusqu’au bout.
Dieu notre Père, merci pour ce long chemin d’alliance avec ton peuple Israël ; merci pour ta création, et merci pour ta nouvelle création. Ouvre mon intelligence aux merveilles de ta fidélité dans l’histoire des hommes, et ne me laisse pas entrer en tentation.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF