"Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi" (Lc 1, 26-38)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

samedi 8 décembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi" (Lc 1, 26-38)

© andrew-pons-unsplash

"Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi"

Méditation de l'évangile (Lc 1, 26-38)par le Pasteur Jean-Pierre Sternberger

Chant final : "Agni Partene(O Vierge Pure)" de Divna LJUBOJEVIC

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
    à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
    L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
    À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
    L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
    Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
    Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
    il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
    Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
    L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
    Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
    Car rien n’est impossible à Dieu. »
    Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.

Source : AELF
 

Méditation Pasteur Jean-Pierre Sternberger

En 1770, Diderot écrivait : « Croyez-vous sincèrement que la ruade d'un cheval dans la campagne française dérange le vol d'un papillon dans les îles de la Sonde ? » Évidemment non. Pourtant, près de 250 ans plus tard, on se redit chez nous comme un proverbe « Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut provoquer au Texas une véritable tornade ».
Est-ce là une vérité ou un mensonge ? une erreur ou une rumeur ?
Pour ce qui est des ailes de papillons, je n’en sais rien. Mais je sais que le battement des ailes d’un ange dans une cuisine de Nazareth continue de provoquer une tornade à travers le monde. Dans l’évangile de Luc, cela s’appelle l'annonciation.  
Je ne crois guère aux ailes des anges. Dans la bible, les anges n’ont presque jamais d’aile. Ce que je crois, c’est que dans un village perdu de Galilée, il s’est passé quelque chose ou plutôt il est passé un homme en qui Dieu se révèle. Ce qu’il a dit et fait a changé les vies de celles et de ceux qui l’ont rencontré. On dit qu’il guérissait, on dit qu’il libérait et on l’appelle tantôt le fils de l’homme et tantôt le fils de Dieu. Il n’a pas fait plus de bruit dans l’histoire officielle qu’une aile de papillon effleurant la joue de sa mère.
Mais dans notre histoire et dans celles de millions de petits, le vent de son passage renverse les montagnes.
Seigneur, redis-nous les mots de Gabriel et viens faire ta vie dans nos vies. Amen  

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF