Jean-Paul Vespini : "Ce serait beau que ce Tour de France masqué montre un visage français"

Présentée par UA-134594

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

vendredi 28 août à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© 2019 ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP - Thibault Pinot et Julian Alaphillipe sont les deux grands favoris français pour ce Tour de France 2020.

La Grande Boucle va débuter, ce samedi 29 août à Nice, malgré l’épidémie de coronavirus qui a bousculé l’organisation de l’événement et privé les cyclistes de public.

00:00

00:00

À vos marques, prêts, partez ! Le Tour de France démarre, samedi 29 août, à Nice mais sans effervescence dans les cols. Avec l’évolution du nombre de cas de coronavirus en France, les autorités ont décidé que le Tour se passerait à "quasi huis clos" : public très limité aux départs et aux arrivés d’étapes, accès aux cols interdit pour les voitures. Mais pour Jean-Paul Vespini, ancien journaliste à La Provence et auteur de nombreux ouvrages sur le Tour de France, dont Eddy, été 69 (éditions Presses du Belvédère), "l’événement n’est pas gâché car c’est quand même une fête nationale et le moment des retrouvailles de la France sportive".

 

"Le Tour de France sera sauvé"

Pour Jean-Paul Vespini, "le Tour de France c’est la fête de l’été". "Il était déjà absent pendant l’époque de la guerre, il ne fallait donc pas que le nouveau coronavirus empêche le maintien de ce Tour de France", témoigne l’ancien journaliste. Même si la Grande Boucle est lancée dans des conditions compliquées, "si les coureurs font la course et y donnent de l’intérêt, alors le Tour sera sauvé, car le public veut de la bagarre, que les favoris rivalisent entre eux", soutient l’auteur.

 

"Tout le monde ne sera pas au même niveau"

Les cyclistes sont certainement très motivés, mais les conséquences du confinement pourraient se faire ressentir. Selon Jean-Paul Vespini, "en plein confinement, les Français n’ont pas pu s’entraîner contrairement aux Colombiens, par exemple". Ainsi, "tout le monde ne sera pas au même niveau", précise-t-il. La première semaine sera "une semaine d’adaptation", relève l’auteur. "Il faudra alors voir si ceux qui sont moins entraînés pourront résister. Car finalement, le Tour de France se fait surtout avec le moral des coureurs." Et pour cette année, "ce serait beau que le Tour de France du coronavirus, ce Tour masqué, puisse enfin montrer un visage français et à découvert", à la toute fin. Même si, objectivement, Jean-Paul Vespini mise sur une victoire du Colombien Egan Bernal…

 

Invités

  • Jean-Paul Vespini, ancien journaliste à La Provence et auteur de nombreux ouvrages sur le Tour de France

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur