Jeanne de Bruno Dumont

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Cinéma

mercredi 11 septembre à 8h52

Durée émission : 3 min

La chronique Cinéma

Le film de Bruno Dumont "Jeanne" : un itinéraire spirituel où la terre rencontre le ciel

Le réalisateur s’attaque à un monument, après de nombreux cinéastes, que ce soit Méliès, Dreyer, Bresson, ou même Luc Besson plus récemment.

Bruno Dumont lui, avait déjà présenté à Cannes il y a deux ans, un premier opus très original, « Jeannette » sur l’enfance de Jeanne, sous forme d’opéra rock-électro chanté. Et qui était formidable !
Ce deuxième volet est différent mais toujours aussi singulier et radical avec Bruno Dumont!

Il commence avant le siège de Paris, qui va donc être la première défaite des français, jusqu’au procès de Jeanne d’Arc et sa mise à mort sur le bucher.

Un film sur un mythe national ?

En réalité, ce n’est pas ce qui intéresse le réalisateur ! Il reconnait que « raconter Jeanne d’Arc, c’est raconter la France ». Mais ce qu’il cherche, c’est son âme et le mystère qu’elle incarne, son côté terrien et en même temps sa très grande spiritualité.

Avec « Jeanne », -je le cite- il veut « montrer que le ciel est sur la terre ». Ce qu’on retrouve dans sa manière de filmer, souvent vu d’en haut. Que ce soit dans la cathédrale d’Amiens où il a tourné le procès. Ou pour la bataille de Paris, qu’il a symbolisée par un ballet équestre métaphorique qui est absolument somptueux !

Une actrice incroyable 

Alors Stéphanie, rien que pour elle, il faut absolument aller voir le film !
Elle s’appelle Lise Leplat-Prudhomme, elle jouait Jeanne enfant dans « Jeannette », et elle a une présence extraordinaire. C’est l’idée géniale de Bruno Dumont que de lui avoir confié le rôle de Jeanne adulte. Parce qu’en réalité elle a 10 ans ! mais du coup elle apporte une pureté, une certitude et l’insolence de l’enfance pour nous dire la foi absolue de Jeanne. Et elle nous la transmet de ses yeux noirs, dans de longs regards-caméra.
D'autre part, vous avez peut-être reconnu la voix cristalline  du chanteur Christpohe dans l’extrait qu’on a entendu. Il apporte en tous cas beaucoup à l’émotion du film, avec son timbre fragile. Et il accompagne bien les dialogues, parfois denses, du film.

Des dialogues de Charles Péguy

Des dialogues de 1897 mais très modernes et d’une grande poésie. Comme souvent chez Bruno Dumont, ils sont joués par des acteurs non-professionnels qu’il va chercher près de chez lui, dans son Nord natal. Ça va dans le film d’un jeune en CAP de serrurerie à un théologien dominicain ! Mais ils apportent tous une authenticité à ce film qui nous permet de nous approcher de l’intérieur, de cette incroyable histoire qui échappe à notre raison.
 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 8h52

Le mercredi c'est le jour où sortent les nouveaux films au cinéma. C'est aussi le jour où écouter la chronique Cinéma de Valérie de Marnhac !

Le présentateur

Valérie de Marnhac

Valérie de Marnhac est membre de l'association SIGNIS, pour qui elle anime des ciné-débats, et a participé aux Jurys œcuméniques des Festivals de Cannes, Fribourg, Téhéran... Elle est également conférencière pour le l’association venez et voyez www.venezetvoyez.fr