"Justice des hommes, justice de Dieu"

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'édito du Père Antoine Guggenheim

lundi 11 mars 2019 à 7h55

Durée émission : 2 min

L'édito du Père Antoine Guggenheim

Retrouvez chaque lundi l'édito de Antoine Guggenheim.

La justice des hommes et la justice de Dieu n’ont ni les mêmes objectifs, ni les mêmes moyens. La justice des hommes : qu’est-elle ? La justice est d’abord la recherche et l’établissement de la vérité d’une infraction à la loi d’un peuple et d’une terre. Elle procède pour cela par enquête et par témoignages. Elle recherche les informations contradictoires qui établissent, ou non, une infraction aux différents codes qui régissent une société : justice pénale, justice criminelle, droit du travail, code de la santé publique, droits des animaux, code de la terre et de l’environnement, etc.

La justice des hommes cherche à établir des faits pour confirmer ou infirmer une plainte déposée à l’égard d’une personne physique ou d’une personne morale. Elle instruit un cas et cherche à prononcer un jugement équitable compte-tenu des circonstances : nature des faits incriminés, lieux, temps, circonstances atténuantes, liées à la liberté et à la responsabilité du ou des prévenus. C’est pourquoi la justice entend également toutes les parties, en faisant confiance à leur intention de faire apparaître la vérité des faits reprochés, mais aussi en mettant à l’épreuve la sincérité des accusations des uns et les alibis des autres. La justice des hommes demande des enquêtes, le recueil de pièces à convictions et de tous les témoignages. Bref elle cherche, dans une visée d’impartialité, des preuves, sans lesquelles il ne peut y avoir ni conviction ni condamnation.

Son but est bien sûr de protéger la société en assurant à tous la protection de la loi, surtout aux plus faibles. Elle vise, deuxièmement, la mise hors d’état de nuire de ceux qui ont transgressé des règles du vivre ensemble que la loi sanctionne. Elle cherche enfin la transformation intérieure, on pourrait dire la conversion de ceux qu’elle appréhende et condamne, personnes physiques ou personnes morales. La justice des hommes n’est pas au service de la vengeance, mais au service de la réparation du lien social. La justice des hommes est un des garants de l’état de droit.

La justice de Dieu est un attribut divin, un « Nom » de Dieu que l’on peut comprendre philosophiquement comme l’impartialité du Maître de tout et théologiquement comme sa Sainteté. "Soyez saints, car moi je suis saint". La justice de Dieu ne juge pas les actes, mais les cœurs. C’est pourquoi elle est inséparable de la miséricorde et du pardon. Ses moyens sont ceux de l’action divine : illumination intérieure de la conscience, correction fraternelle, et absolution des fautes. Personne ne dispose de la justice de Dieu, nul ne peut prendre sa place en accusant, en condamnant, ou en graciant, car la justice divine œuvre dans l’invisible, dans le temps et dans l’éternité.

"Dieu est juste"est une proclamation de foi qui étaye l’espérance qu’une justice humaine est possible. Mais la foi dans la justice divine, qui est exigeante et miséricordieuse, puisqu’elle appelle tout Homme à la sainteté de l’amour, ne peut jamais dispenser de la recherche et de l’exercice de la justice humaine, aussi imparfaite soit-elle en regard de la justice de Celui-là seul qui sait tout et peut pardonner.

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 7h55

Chaque lundi sur RCF, vous écoutez l'édito du Père Antoine Guggenheim.

Le présentateur

Antoine Guggenheim

Le Père Antoine Guggenheim est prêtre et chercheur. Il est cofondateur et directeur scientifique de l'association UP for Humanness. Il a fondé le Pôle de recherche du Collège des Bernardins (2008-2014). UP for Humanness est un réseau international de partenaires engagés pour mettre l’humain au centre de l’innovation dans l’éducation, l’entreprise, l’engagement social et la recherche.