"L’ami de l’époux est tout joyeux d’entendre la voix de l’époux" (Jn 3, 22-30)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

samedi 12 janvier à 5h45

Durée émission : 5 min

"L’ami de l’époux est tout joyeux d’entendre la voix de l’époux" (Jn 3, 22-30)

© andrew-pons-unsplash

"L’ami de l’époux est tout joyeux d’entendre la voix de l’époux"

Méditation de l'Evangile (Jn 3, 22-30) par le père Sébastien Antoni

Chant final : "Heureux celui", par l'ensemble vocal Resurrexit.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus se rendit en Judée, ainsi que ses disciples ;
il y séjourna avec eux, et il baptisait.
Jean, quant à lui, baptisait à Aïnone, près de Salim,
où l’eau était abondante.
On venait là pour se faire baptiser.
En effet, Jean n’avait pas encore été mis en prison.
Or, il y eut une discussion entre les disciples de Jean et un Juif
au sujet des bains de purification.
Ils allèrent trouver Jean et lui dirent :
« Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain,
celui à qui tu as rendu témoignage,
le voilà qui baptise,
et tous vont à lui ! »
Jean répondit :
« Un homme ne peut rien s’attribuer,
sinon ce qui lui est donné du Ciel.
Vous-mêmes pouvez témoigner que j’ai dit :
Moi, je ne suis pas le Christ,
mais j’ai été envoyé devant lui.
Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ;
quant à l’ami de l’époux, il se tient là,
il entend la voix de l’époux,
et il en est tout joyeux.
Telle est ma joie : elle est parfaite.
Lui, il faut qu’il grandisse ;
et moi, que je diminue. »

Source : AELF
 

Méditation du père Sébastien Antoni

Le succès, les honneurs, la réussite… c’est la vie de Jean baptiste avant que n’apparaisse Jésus. Les foules accourent pour le consulter, il est écouté par les puissants, il a de l’influence… La star de la vie spirituelle dans la Judée du début des années 30, c’est lui ! Et voilà que Jésus apparait… et voilà que Jean doit se positionner devant cet inconnu… que personne ne connait encore…

Il affirme que la mission, quelle qu’elle soit, celle d’hier et celle d’aujourd’hui, ne se choisit jamais… elle se reçoit : "Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui a été donné du ciel".

La première réponse de Jean met tout de suite les choses au point: une mission n'est pas une tâche que l'on se donne à soi-même, mais une responsabilité de salut que l'on reçoit de Dieu: Nous ne sommes pas propriétaires des grâces de Dieu… que nous syons des personnes en vue comme on dit, ou des personnes discrètes… Et si nous « réussisons » dans notre travail, notre ministère surtout quand il est dans l’Eglise… attention oh oui attention… à ne pas nous annoncer nous-mêmes… Le cléricalisme est si facile à adorer et à mettre en place…

La seconde réponse de Jean… prolonge la première…  "Je suis envoyé devant Jésus".

Envoyé devant, avec toute l'insécurité que cela suppose. Et Derrière il n'y a plus de recours, plus de refuge, plus de repos, hormis Jésus qui l’envoie. C'est dire que Jésus n'a pas besoin de notre influence, mais de notre transparence. Pas de nos calculs, mais de nos confiance… et surtout de bien garder en tête… que ce n’est pas nous que nous que nous annonçons…
C'est à ce prix que ne deviendrons ses amis, non plus seulement des serviteurs, mais des amis, des "amis de l'époux", comme disait le Baptiste, des amis envoyés au-devant pour préparer la joie du Christ en son Église.
 

Notre joie à nous, c'est la joie de ceux qui travaillent au bonheur des autres, jusqu'au moment où ce bonheur éclot, et qui s'en vont alors, sur la pointe des pieds, au-devant d'un autre service, au service d'une autre rencontre.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF