L'Education nationale s'inquiète des violations de la laïcité à l'école

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

lundi 15 octobre 2018 à 7h12

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© PATRICK KOVARIK AFP

​Les premiers chiffres recensant les entorses à la laïcité dans les établissements scolaires ont été dévoilés par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer.

Des chiffres qui révèlent l'existance d'un important phénomène de violation de la laïcité à l'école. Ces atteintes sont bel et bien une réalité. Un millier de cas ont ainsi été signalés entre avril et juin dernier dans les établissements scolaires de France. Quatre cent ont été traités entre avril et Juin. Une soixantaine de cas jugés “difficiles” ont nécessité une intervention des équipes académiques sur la laïcité dans les établissements.
 

Un séminaire pour faire le point sur la laïcité à l'école

Ces chiffres ont été annoncés en fin de semaine dernière par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer à l’occasion d’un séminaire de deux jours des coordinateurs des équipes "laïcité et fait religieux". Ces équipes, déployées sur le terrain en cas de litige, font face à une aggravation de la situation. En cause, une pratique religieuse toujours plus rigoriste chez certaines élèves, comme l'explique Iannis Roder, professeur d'histoire-géographie en éducation prioritaire renforcée.

Trente conflits sont répertoriés chaque jour selon la plate-forme d'appel créée par le ministère de l'Éducation nationale en mai dernier. Une “hotline laïcité” destinée à signaler ces atteintes mais qui est aussi ouverte aux enseignants en quête d'aide et de conseils pour toutes les questions de laïcité. Mais si ces atteintes à la laïcité sont désormais comptabilisées, elles ne datent pas d’aujourd’hui comme l'explique le sociologue Philippe Portier, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études et directeur du Groupe sociétés, religions, laïcités.

Le séminaire national des coordonnateurs des équipes laïcité et fait religieux, qui s’est déroulé en fin de semaine dernière au ministère de l'Éducation nationale, avait pour but d’apporter des réponses aux contestations du principe de laïcité dans le cadre des enseignements ou durant les temps de vie scolaire.
 

L'exemple de l'armée pour l'Education nationale

Comment éviter la surenchère de ce phénomène à l'école ? L’une des réponses se situe dans la manière d’interpréter ce principe de laïcité de manière plus souple au sein de l’Education nationale, comme l'explique Philippe Portier. A ce sujet, le ministère des armées a publié en mars dernier un livret pour "expliquer la laïcité française". Un livret auquel a contribué Philippe Portier. L’évêque aux armées, Mgr Antoine de Romanet rappelle pourquoi l’armée est selon lui moins touchée par des tensions intercommunautaires.

Cette pratique de la laïcité au sein de l’armée pourrait d'ailleurs être une source d’inspiration pour l’Education nationale. Selon Philippe Portier, plusieurs enquêtes convergentes démontrent que  70 à 75% des musulmans de France développent un sentiment très fort d’intégration à la société. Pour autant, entre 15 et 20% de cette population, en particulier les jeunes, se situent en revanche dans une posture de revendication affirmée, parfois même dans une posture de rupture à l’égard de la société.

Quant à la localisation de ces atteintes à la laïcité, ce sont  les "régions métropolitaines" qui sont les plus concernées ; une dizaine d’académies regroupe les trois quarts des signalements. Un peu moins de la moitié (44 %) concerne des collèges, 20 % les lycées, et plus du tiers (36 %) le premier degré.

Les dernières émissions