L’Europe selon Barbara Hendrix

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'édito de Sr Véronique Margron

mardi 22 janvier à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Sr Véronique Margron

Véronique Margron vous propose son éditorial tous les mardis.

 

J’aime profondément l’Europe. Je crois en son projet, en son histoire, en ses valeurs et plus que jamais je crois en sa mission. L’union européenne se doit d’être un phare pour défendre la démocratie et les valeurs universelles sur lesquelles elle a été fondée. Il faut assumer la relève des États unis, malades. C’est à l’Europe de reprendre le flambeau de la déclaration universelle des droits humains, elle qui a été fondée sur le désir de ne jamais répéter les atrocités passées et de défendre à tout prix la paix. Je crois À l’Europe, et spécialement aux femmes. C’est l’heure des femmes. Vous n’entendez pas leur envie de s’exprimer ? Vous sentez cette énergie collective qui est en train de faire boule de neige.

Alors que va commencer la campagne électorale, ces propos bienfaisants ne sont pas ceux de femmes politiques. Non, ce sont ceux d’une immense dame, Barbara Hendricks, petite fille d’un petit-fils d’esclave, née d’une famille pauvre de l’Arkansas. C’est elle qui dit son amour, sa passion, mais aussi son attente de l’Europe, dans une très belle interview d’Annick Cojean dans le Monde, à l’occasion de ses 70 ans.

Elle raconte comment elle a bifurqué de ses études supérieures de sciences grâce à une rencontre avec une professeur de chant extraordinaire qui l’a guidée, inspirée et surtout qui lui a fait découvrir ce que pouvait être une artiste et à quoi devait servir son don, à être partagé, largement, avec "humilité et ferveur".

Elle qui vivait dans un apartheid qui durera 100 ans après 3 siècles d’esclavage aux USA, raconte comment son éducation sensible et intelligente, vont la mener à la bataille afin d’être "maîtresse de son destin, ne dépendre de personne ni accepter un second rang. Plutôt médecin que son assistante. Plutôt directeur que sa secrétaire".

Mener la bataille, pour elle, pour soi-même, mais tout autant pour d’autres, puisqu’engagée durant plus de 30 ans au service du haut-commissariat aux Réfugiés ; en 1998, elle fonde la Fondation Barbara Hendricks pour la Paix et la Réconciliation qui soutient son combat pour la prévention des conflits dans le monde et pour renforcer la paix dans les zones de conflits.  Tout son art est alors mis à faire lien et offrir de la joie.
 
Alors en écoutant sa voix d’or interpréter des lieder de Gustav Mahler, ou chanter du blues et des gospels, gardons tout cela au cœur. Avec gratitude et émerveillement.

Les dernières émissions