L'important c'est de participer !

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des EDC

mardi 7 mai à 6h55

Durée émission : 3 min

Avec Jean-Marie Valentin, petit retour sur la notion de participation dans l'entreprise.

J’ai reçu chez moi le dernier livret des EDC, sur la participation dans l’entreprise. Et une fois encore j’ai été saisi par la façon dont la pensée sociale chrétienne donne à une notion que tout le monde pense connaitre, une dimension libératrice. Si je dis « participation » tout le monde pense : mécanisme obligatoire dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés, consistant à verser à chaque salarié une part sur les bénéfices, moyennant un régime fiscal et social de faveur.
 

En effet, qu’est-ce que la pensée sociale chrétienne peut nous apporter ici ?

Elle nous apporte un changement de vue à la fois radical et salutaire. Un changement de vue radical parce que la notion de participation légale que je rappelais il y a un instant, vise la participation aux résultats de l’entreprise tandis que la participation de la pensée sociale chrétienne, vise la participation à l’entreprise elle-même. Dans un cas vous êtes consommateur des fruits de l’entreprise, dans l’autre vous en êtes acteurs.

Le pari de la pensée sociale chrétienne ici, c’est d’imaginer que si la posture de consommateur rend plus riche, ce qui est bien souvent utile, la posture d’acteur rend… heureux ! ce qui change tout. Or, pour être acteur véritable de l’entreprise, il faut en connaitre et en aimer le sens et l’utilité. Mais encore faut-il - me direz-vous - que ce sens et cette utilité existent !
 

Et quelle est l’actualité de cette analyse ?

Cette analyse vient éclairer une étude diligentée par Randstad publiée la semaine dernière qui nous apprend qu’un Français sur cinq ne perçoit ni le sens ni l’utilité de son emploi. C’est à dire qu’ils ont le sentiment de ne participer… à rien.
Et quand on demande aux Français comment redonner du sens à leur travail près des deux tiers d’entre eux l’envisage hors de leur entreprise actuelle soit en lançant leur propre activité, soit en changeant radicalement de métier, soit encore en changeant de type d’organisation.   Ce qui devrait inciter massivement les dirigeants à redonner très vite une raison d’être et un sens à leur entreprise. S’il ne veulent pas voir la désespérance y prendre racine.
 

Et en quoi ce changement de vue est salutaire ?

Il est salutaire au sens propre. Car l’objectif de la pensée sociale chrétienne c’est de nous aider à grandir en sainteté, y compris par notre travail. Le sens ultime de notre travail, c‘est notre salut.
C’est là que le questionnement de l’entrepreneur et dirigeant chrétien devient vertigineux : comment faire de mon entreprise une entreprise salutaire, pour moi-même évidemment mais aussi pour mes collaborateurs ? Et la réponse que nous souffle la pensée sociale chrétienne, c’est « en comprenant que Dieu t’invite à participer à sa création et à diriger ton entreprise en conséquence. »
C’est donc avec joie que je vous invite à parcourir ce nouveau livret des EDC pour y découvrir des exemples et des témoignages aussi passionnants qu’éclairants.

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 6h55 et 12h48

Le mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) rassemble des chefs d’entreprises et des dirigeants soucieux d'approfondir le sens de sa mission de dirigeant à la lumière de l’Évangile et de l’enseignement social chrétien.

Le présentateur

Jean-Marie Valentin

Jean-Marie Valentin est le président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris.