La chronique cinéma de Valérie de Marnhac

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Cinéma

mercredi 15 mai à 8h52

Durée émission : 3 min

La chronique Cinéma

Alors que le festival de Cannes vient tout juste d'ouvrir ses portes, Valérie de Marnhac s'intéresse logiquement au film d'ouverture : "The Dead don't die" de Jim Jarmusch

LE FESTIVAL DE CANNES VIENT D’OUVRIR SES PORTES ET VOUS AVEZ VU POUR NOUS HIER SOIR LA CEREMONIE ET LE FILM D’OUVERTURE, DE JIM JARMUSCH « THE DEAD DON’T DIE » …ET C’EST UN FILM DE ZOMBIES !

Comme depuis 1993, la cérémonie est retransmise en clair sur Canal+ et puis, c’est nouveau cette année, le film a été projeté en simultané dans plus de six cent salles de cinéma en France.
Alors on a découvert quelques brefs extraits des films en compétition qui laissent présager d’une édition de haute volée, avec des poids lourds du Festival qu’on attend avec beaucoup d’excitation, comme Pedro Almodovar, Ken Loach, Terence Mallick, et quelques petits nouveaux, dont même un premier film !
 

MAIS POUR DEMARRER LA COMPETITION THIERRY FREMAUX A FAIT FORT CETTE ANNEE AVEC SES ZOMBIES. DOIT-ON Y VOIR UN CLIN D’ŒIL DE SA PART ?

Alors oui, le film est plus drôle que terrifiant, mais je précise quand même qu’il est interdit aux moins de 12 ans et qu’il est plutôt destiné aux amateurs du genre ! Thierry Frémaux, comme Jim Jarmusch, sait être facétieux parfois. Et à l’heure où on n’arrête pas de nous prédire un Festival de Cannes moribond face à ses concurrents ou à la percée de Netflix, eh bien il nous propose une brochette de stars, allant d’Adam Driver à Iggy Pop avec un film de vétéran du Festival où des morts-vivants dévorent la jeune génération.
 

C’EST DONC UN RETOUR DU CINEMA DE GENRE A CANNES ?

Jim Jarmusch nous a habitué à varier les genres. Il est venu près de dix fois à Cannes, avec un western, un film de samouraï, une comédie romantique, un film à sketches, et même un film de vampires. Mais ce qui étonnant avec lui, c’est la cohérence de son œuvre malgré cette variété des genres artistiques qu’il choisit, que ce soit dans le domaine musical ou formel.
 

ALORS QUE RETROUVE-T-ON DE COMMUN A TOUS CES FILMS DANS « THE DEAD DON’T DIE » ?

Le propre des films de « zombies » depuis les années 90, c’est d’être traités sous forme de parodie ou de comédie décalée. Ce qui correspond exactement à la tonalité des films de Jarmusch. Il est le maitre de l’humour distancié et du burlesque froid. Et ça rend le film parfois franchement drôle ! Par exemple chaque zombie a un mot fétiche qu’il répète sans cesse, lié à sa vie passée. Il y en a un c’est « chardonay », un autre « wifi »,… et ça donne des scènes assez désopilantes !
La deuxième caractéristique de Jim Jarmusch, c’est sa forme de désenchantement du monde. Et ici sa critique sous-jacente de la société américaine devient franchement noire. Dans le film, la terre « ne tourne plus rond » au sens propre du terme, puisque les deux pôles se sont désaxés et que la vie en est totalement bouleversée.
 

ON ATTEND DONC MAINTENANT AVEC IMPATIENCE LA SUITE . RAPPELONS QU’IL Y A 21 FILMS EN COMPETITION ET QUE LE JURY EST PRESIDE PAR LE SEDUISANT REALISATEUR MEXICAIN ALEJANDRO INARRITU.

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 8h52

Le mercredi c'est le jour où sortent les nouveaux films au cinéma. C'est aussi le jour où écouter la chronique Cinéma de Valérie de Marnhac !

Le présentateur

Valérie de Marnhac

Valérie de Marnhac est membre de l'association SIGNIS, pour qui elle anime des ciné-débats, et a participé aux Jurys œcuméniques des Festivals de Cannes, Fribourg, Téhéran...