La crèche, c'est le monde

Présentée par PR-17353

S'abonner à l'émission

Noël et la marche à l'étoile : un autre récit de Noel

jeudi 26 décembre 2019 à 7h20

Durée émission : 2 min

Noël et la marche à l'étoile : un autre récit de Noel

© Corinne MERCIER/CIRIC - Crèche de Noël traditionnelle de Provence

La crèche est le reflet de notre vie: elle représente le lieu où Dieu s'est incarné. Le P. Jacques Nieuviarts propose ses réflexions autour de la crèche et du sens de Noël.

Ce matin, je regarde la crèche. La lumière de Noël ne s’est pas éteinte. On ne peut éteindre la lumière de Noël, quels que soient les vents du monde. Et il est mille crèches, la vôtre, la mienne, et tant d’autres. Il nous faut les regarder, comme un discret reflet de nos vies.

 

 

Notre vie a un prix infini

Je pense aux crèches provençales, dans lesquelles il y a des santons. Tous les métiers y sont représentés, et la vie du village, celle de nos villes, avec tout le meilleur, et aussi les défauts, les ratés que l’on connaît bien, les conflits de voisinages, les réputations établies, parfois un peu rapidement, mais tenaces...

La crèche, où qu’elle soit, c’est un reflet de notre vie, c’est le monde. Car c’est le monde, le lieu de l’incarnation de Dieu. L’évangéliste Jean, dès la première page de son Évangile, a ces mots étonnants : "Le Verbe - c’est-à-dire Dieu - s’est fait chair, il est devenu l’un de nous." Et Jean ajoute : "il a planté sa tente au milieu de nous". Cela vaut la peine d’ouvrir les yeux, de porter attention à la vie, à tous, la mienne, la vôtre, celle du monde, puisque Dieu a planté sa tente au milieu de nous. Notre vie, la vie de chacun, a un prix infini.
 

 le chemin de Noël

"La plus belle crèche, c’est celle de ton cœur !" La crèche nous renvoie à la Bible, bien-sûr. En Galilée, l’ange a déposé en Marie une parole inouïe, et elle a cru. Puis ce fut le temps de l’attente, imminente. On connaît la suite. Le recensement ordonné par l’empereur Auguste, pour calculer en particulier l’impôt des peuples placés sous sa coupe. Marie est donc partie en hâte avec Joseph vers Bethléem, puisque Joseph est de la lignée de David, la tribu de Juda, sur laquelle repose la promesse messianique.

Mais la naissance, ici, est une naissance de pauvre. Et Marie, dit le récit de la Bible, emmaillote l’enfant et le couche dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. On ne nous parle pas de crèche, ni d’étable, mais d’une mangeoire, comme pour nous faire comprendre qu’un jour ce Messie sera donné en nourriture. Oui, c’est cela le chemin de Noël.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi, du 23 décembre au 1er janvier à 7h20

Le père Jacques Nieuviarts, bibliste et conseiller éditorial à prions en Eglise, vous propose un autre récit de Noël : une histoire qui s'ancre dans l'Ancien Testament et qui depuis n'a cessé de mettre en marche des hommes et des femmes. Il a publié chez Bayard "La marche dans la Bible".

Le présentateur

Jacques Nieuviarts

Assomptionniste et bibliste, le P. Jacques Nieuviarts a été aumônier d’étudiants. Il a aussi enseigné longuement l’exégèse et aime raconter la Bible et l’arpenter sans cesse. Elle est l’histoire d’un peuple, et de Dieu qui s’y révèle, si proche ! Elle a goût de chemins nomades à l ‘infini. Elle ouvre insensiblement à la marche !