"La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux" (Mt 9, 32-38)

Présentée par UA-128259

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mardi 7 juillet à 5h45

Durée émission : 5 min

"La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux" (Mt 9, 32-38)

© David-Zawila-UNSPLASH

"La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux"

Méditation de l'évangile (Mt 9, 32-38) par la pasteure Nicole Fabre

Chant final : "Serviteur fidèle" par Claude Bernard

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    voici qu’on présenta à Jésus
un possédé qui était sourd-muet.
    Lorsque le démon eut été expulsé,
le sourd-muet se mit à parler.
Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient :
« Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! »
    Mais les pharisiens disaient :
« C’est par le chef des démons
qu’il expulse les démons. »
    Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages,
enseignant dans leurs synagogues,
proclamant l’Évangile du Royaume
et guérissant toute maladie et toute infirmité.
    Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles
parce qu’elles étaient désemparées et abattues
comme des brebis sans berger.
    Il dit alors à ses disciples :
« La moisson est abondante,
mais les ouvriers sont peu nombreux.
    Priez donc le maître de la moisson
d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »
 
Source : AELF

Méditation Pasteur Nicole Fabre

Il est étonnant comme nos traductions, parfois, ne suivent pas le texte dans sa façon précise de nommer les choses. Peut-être comme nous, d’ailleurs. Nous lisons souvent de façon habituée. On amène à Jésus un homme. La traduction que j’ai devant moi dit un possédé muet. Mais c’est d’abord un homme. Certes, il est sourd, et possédé par un démon. Mais c’est avant tout un homme. Cela change toute la lecture. Si c’est un sourd, d’emblée, ce n’est pas vraiment de moi qu’il s’agit. Je ne suis pas sourde. Mais si c’est avant tout un humain, alors cela peut me concerner. Suis-je sûre de ne pas souffrir de surdité ? Bien sûr l’homme de l’évangile est physiologiquement sourd. Mais je suis alors rejointe par son handicap. Où s’origine alors cette surdité en moi ? N’y a-t-il pas des démons, des habitudes de pensées, des idéologies, des dogmatismes, des priorités qui nous habitent à un tel point, sans que nous en soyons conscients, que nous sommes sourds à la force et la simplicité, la clarté de la parole, de la présence de Jésus, comme de celles de ceux que nous rencontrons ? Les guides religieux de l’époque se révèlent sourds. Et le texte nous appelle à prier pour que des hommes et des femmes se laissent guérir et deviennent des ouvriers de la moisson. Car l’attente d’une parole vraie, de solidarités gratuites et réelles, d’un amour tangible, aujourd’hui encore est immense.

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF