La pose des nichoirs

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Écologie

mardi 19 novembre à 7h20

Durée émission : 3 min

La pose des nichoirs

​Hier vous avez participé à la pose d’un nichoir mais pas pour n’importe quels oiseaux : il s’agissait d’un nichoir à Faucon pèlerin, placé sur un très haut immeuble.

Pour être précis c’était un remplacement, le nichoir précédent posé en 2010 avait fait son temps après avoir vu s’envoler en tout 25 jeunes faucons. Le Faucon pèlerin en temps normal niche sur les falaises, mais il tente aussi sa chance sur les bâtiments très hauts, les cathédrales mais aussi parfois un HLM. C’était le cas ici, dans la banlieue de Lyon. Les faucons sont arrivés par eux-mêmes, bien sûr, on parle d’oiseaux sauvages, et le nichoir est un petit coup de pouce pour leur nidification.

C’est donc la saison de poser des nichoirs ?

En effet, c’est la saison de poser des nichoirs quelle que soit l’espèce. La majorité des oiseaux qui se reproduisent en nichoir sont présents chez nous toute l’année. Pour eux, inutile d’attendre que le printemps revienne pour se soucier de chercher l’endroit où construire leur nid. S’y prendre à l’avance, c’est repérer le meilleur emplacement, le meilleur territoire, et pouvoir consacrer toute son énergie à le défendre. Donc les oiseaux de nos jardins vont explorer leur territoire tout l’hiver, dès qu’il ne fera pas trop froid, repérer les cavités, éventuellement y passer une nuit pour voir si on est tranquille.

Donc si vous voulez que votre nichoir à mésange soit adopté dès l’an prochain, il faut le poser pendant l’hiver, pourquoi pas dès maintenant. Toujours à bonne hauteur et dos à la pluie dominante.

Est-ce que ce n’est pas un peu de l’élevage ou de l’assistanat ?

Non ! Comme dans le cas du nourrissage hivernal d’ailleurs, notre action globale sur les paysages, sur les milieux de vie de toutes ces espèces suppriment massivement les sites de nidification. On bouche les trous de murs, on coupe les arbres creux, on fabrique artificiellement des milieux appauvris, où le gîte et le couvert manquent dramatiquement. Donc la pose de nichoirs est une petite compensation. C’est une action simple pour ceux qui ont un jardin, mais aussi à proposer auprès de nos bâtiments d’Eglise, le jardin de la cure, les établissements scolaires etc.

Sans oublier de l’accompagner par un entretien plus écologique avec davantage de naturalité. Ce n’est pas que symbolique. Nos paroisses pourraient former un début de trame verte pour la nature, notamment en ville où la biodiversité peine tant à se maintenir.

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 7h20

Le point sur l'actualité de l'écologie, chaque semaine dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Johannes Herrmann

ornithologue, auteur avec Mahaut Hermann de La Vie Oubliée Crise d’extinction Agir avant que tout s’effondre Edition Première partie Membre de la rédaction de la revue Limite http://revuelimite.fr/ sur Twitter : @Taigasangare