La SNSM doit changer 70 bateaux de sauvetage en mer

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

jeudi 13 juin à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© SEBASTIEN SALOM-GOMIS AFP

​Presque une semaine après la mort de trois sauveteurs de la SNSM, Emmanuel Macron a présidé l’hommage national, aux Sables d’Olonne, en mémoire des trois marins.

A cette occasion, les représentants de toutes les stations SNSM du littoral seront présents. Parmi eux, Jean-Luc Cercio, président de la station SNSM de Bandol, dans le Var.

Un hommage national a été organisé aujourd’hui. C’était important pour vous ?

"Si toutes les stations sont représentées aux Sables d’Olonne pour l’hommage national qui a été rendu par le président de la République à nos trois amis disparus, chaque station est à la même heure, sortie en mer, a jeté quatre fleurs et envoyé sa corne de brume pour montrer sa solidarité et être présente avec eux. Les sauveteurs en mer, c’est la solidarité de tous les gens de mer et on invite tous les gens de mer à passer un petit moment ensemble" explique-t-il.

Vous demandez au gouvernement la tenue d’assises nationales du sauvetage en mer. Quelle est la préoccupation, le financement ?

"La SNSM est dans une phase où elle doit changer ses canots. On a eu un premier drame, en 1986, avec cinq disparus. Suite à ces décès, l’Etat a réussi à financer quarante canots tout temps, auto-redressables et insubmersibles. Il y a quarante ans de cela. Depuis, ils n’ont pas été changés. Nous sommes face à cet enjeu : changer 70 bateaux dans les années qui arrivent, dont quarante canots tout temps. Avec nos finances, nous avons pu en changer trois. Nous sommes bénévoles. C’est une association qui exerce une mission de service public pour le compte de l’Etat. Les bénévoles sont prêts. Mais donnons-leur les moyens d’être en sécurité sur des navires modernes" conclut Jean-Luc Cercio.
 

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Jean-Baptiste Labeur