La théologienne Marie-Jo Thiel

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

samedi 10 août à 8h10

Durée émission : 15 min

En 2002 la théoligienne Marie-Jo Thiel avertissait déjà sur les problèmes de pédophilie dans l'Eglise. Elle publie "L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs" aux éditions Bayard.

Comment penser la tempête que traverse actuellement l’Eglise catholique ? Pourquoi tant de prêtres abuseurs ? Pourquoi tant de dissimulations ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

Marie-Jo Thiel, est médecin, philosophe, théologienne. Elle travaille depuis plus de 20 ans sur la question des abus sexuels dans l’Eglise catholique. Elle vient de publier un livre qui fera date et référence, "L’Église catholique face aux abus sexuels sur mineurs" aux éditions Bayard.

 

"Le cléricalisme, un abus de pouvoir"

"Dans toutes les institutions où il y a des enfants, il y a un risque. Nous ne sommes pas les seuls. Dans l’Eglise, il y a des tentations supplémentaires, et c’est doublement scandaleux. Il y a le fait que l’Eglise accueille des enfants, et il y a aussi le fait que certains savent utiliser l’Evangile ou des paroles importantes de l’Eglise par des distorsions cognitives pour n’être pas seulement dans l’abus sexuel, mais également dans l’abus de pouvoir, l’abus spirituel" explique Marie-Jo Thiel.

Pour Marie-Jo Thiel, le cléricalisme, dont on a beaucoup parlé ces derniers temps, ne résume probablement pas tout. "Mais il est un abus de pouvoir. Il y a une séparation trop marquée entre les hommes et les femmes, entre les clercs et les laïcs alors que nous sommes tous des baptisés et que nous avons tous un rôle dans le peuple de Dieu. Il y a des efforts à faire à ce niveau-là. Le cléricalisme est un abus de pouvoir va induire des relations qui ne sont pas saines et qui vont aboutir à des cercles vicieux très préjudiciables pour tout le monde" ajoute-t-elle.
 

Comprendre le traumatisme chez les victimes pour prendre la mesure du problème

Dans son livre, la philosophe n’hésite pas à parler de "phénomène systémique". "Ce n’est pas simplement de l’ordre d’un phénomène ponctuel. Il faut comprendre pourquoi on en est arrivé là. Pour essayer de faire comprendre toute la complexité, beaucoup d’élément sociétaux vont jouer, mais aussi beaucoup d’éléments sur la conception du prêtre, le fonctionnement de l’Eglise, celui de la Curie romaine, l’absence des femmes dans les postes décisionnels. Il faut repenser toute la gouvernance de l’Eglise catholique" lance-t-elle.
 

En 2000, Marie-Jo Thiel était la première à avoir dénoncé devant les évêques à Lourdes les abus sexuels dans l’Eglise. "J’en garde un souvenir très précis. Ce qui m’a étonné, c’est d’abord la commission qui avait été créée pour préparer cette rencontre. Dans cette commission, les évêques n’avaient pas du tout conscience de ce qu’était la pédophilie perverse. Ils ne comprenaient pas. Ils étaient très sincères au départ. Ils pensaient qu’en demandant au prêtre de ne pas recommencer, il ne le ferait plus, en toute bonne foi" lance-t-elle.

"Il y a 20 ans, il s’agissait surtout de protéger les prêtres. Ils ont mis beaucoup de temps à comprendre ce qu’est le traumatisme au niveau des victimes. Aujourd’hui ils commencent à comprendre. Cet aspect-là est important car c’est en comprenant le traumatisme chez les victimes qu’ils vont pouvoir prendre la mesure de ce qu’il faut faire, et essayer d’avancer" conclut-elle.

 
 
 
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.