La vérité nous rendra libres

S'abonner à l'émission

L'édito de Sr Véronique Margron

mardi 12 juin à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Sr Véronique Margron

00:00

00:00

« Je me demande comment les enfants survivent au chagrin ». Christian Bobin, Le Christ aux coquelicots
 

Hier la CORREF, la conférence des religieuses et religieux de France, organisait pour les responsables d’Insituts religieux une journée sur les abus sexuels commis sur des enfants. Abus dont des membres de nos congrégations se sont rendus coupables. Ceux aussi subis par d’autres membres de nos mêmes Insituts. 3 personnes victimes avaient accepté de venir témoigner et je les en remercie encore profondément.

 
Entendre ce chagrin si particulier, insupportable, qui ne s’apaise pas. Un chagrin et une grande colère. Des abus qualifiés bien improprement de pédophilie. Terminologie pernicieuse. Car tous nous aimons les enfants. Pour aimer en vérité les enfants, comme d’ailleurs pour pouvoir aimer cet enfant que nous sommes toujours, il faut s’écarter de toute confusion. Il serait plus compliqué sans doute, mais tellement plus correct de parler de « pédoclastie », comme on parlait, dans les querelles du 8e siècles, d’iconoclastie à propos de ceux qui brisaient les images religieuses, les icônes.  La « pédoclastie », c’est alors briser l’enfance, œuvre de destruction. Prendre la mesure du séisme provoqué, de la souffrance indicible des victimes, c’est voir combien nous sommes à l’opposé d’une affection envers les enfants.
 
Dans ces crimes, c’est aussi de Dieu dont il s’agit. Un Dieu qui se trouve aussi brisé, lui le Dieu dont les entrailles saignent quand les plus pauvres et les plus vulnérables, sont trahis jusqu’au fond de leur âme comme de leur corps.
 
Aujourd’hui c’est de vérité dont il s’agit. Celle qui rendra libre (Jean 8,32) et qui suppose courage et cohérence.

Celle qui nous fera avant tout ouvrir nos oreilles autant que nos cœurs. Entendre leur peine, leur colère, leur déception, leurs questions criantes et leurs espérances aussi. Quelle parole tranchante comme le glaive saura déchirer un obscurantisme moral, un idéalisme aveugle et meurtrier, une fraternité dévoyée ? C’est à la conversion que nous sommes convoqués, et aux actes indispensables pour tenter de réparer ce qui peut l’être, afin que ces enfances brisées puissent à nouveau croire en la vie, en un Dieu de douceur peut-être et un jour, si nous avons tous vraiment œuvré à la justice et à la vérité, à une Eglise enfin plus sûre.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mardis à 07h55

Tous les mardis dans la Matinale RCF, l'édito de Sr Véronique Margron. Théologienne moraliste, membre des Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge, elle est aussi la présidente de la Conférence des religieuses et religieux en France (CORREF).