La vie confinée : des pleins et des déliés

Présentée par UA-118944

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 15 avril à 6h55

Durée émission : 3 min

La vie confinée : des pleins et des déliés

© RCF

A l’occasion du confinement, Marie Mullet s'est mise à la calligraphie, elle en tire une réflexion : la vie est faite de pleins et de déliés, les moments de vide menant vers l'essentiel.

Ça y est, depuis hier soir nous avons une date ! Le 11 Mai. On ne sait pas encore exactement comment et si vraiment cette date sera tenue mais on a une date. Il y aurait donc le « Avant 16 Mars » et le « Après 11 Mai ». Pendant son allocution Emmanuel Macron a eu cette phrase : "Il nous faudra nous rappeler aussi que notre pays, aujourd’hui, tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune […]"
Loin de moi l’idée d’opposer les uns et les autres, il n’y a pas ceux en 1ère ligne et ceux très loin derrière, il y a cette communion humaine, cette chaîne des solidarités où les premiers maillons comme les derniers disent quelque chose de la société que nous nous choisissions.  C’est bien ce concept « d’utilité collective » qui doit retenir notre attention. Nous faisons depuis 1 mois l’expérience quotidienne de ce que la technologie, dans sa froideur et sa fausse promesse d’infaillibilité, ne comble pas, ne remplace pas :  la couleur de l’humain. Le pire serait donc de rester spectateurs de cette période et de regarder ce qui se délite au lieu de ce qui se transforme.

Par exemple, pour les chrétiens, notamment les catholiques, ces lieux de culte vides mais ces multiples idées de par le monde pour amener le culte au milieu des populations ne nous parle-il pas d’une Eglise en sortie ? D’un hôpital de campagne, découvrant le Christ au cœur des réalités du monde ? D’une parole en action, de périphéries à rejoindre ?

En éducateurs nous devons nous interroger sur l’accompagnement que nous allons apporter pour que les jeunes prennent toute leur place pour construire dans l’intergénérationnel des réponses à la hauteur de ce que nous aurons éprouvé : oui, ils savent assurément que 2000 likes pour une vanne douteuse sur FB ne valent pas un bon pote avec lequel on rigole bien, dans la vraie vie. Mais quelles occasions à l’air libre, pour ces rencontres , allons-nous leur proposer ? Oui, ils savent assurément qu’apprendre est utile pour s’insérer socialement et professionnellement, pour construire sa liberté, mais  quel dialogue allons-nous susciter pour tirer les conséquences du constat du décrochage de près de 10% des élèves rendu visible par le confinement ? D’une école qui ne parvient pas à s’adapter à la complexité de son public, malgré l’investissement et l’engagement  incontestable des communautés éducatives ?

Oui, certains ont découvert ou renforcé la dimension spirituelle structurante de leur personnalité, comme donnant sens  à leur vie, mais quelle Eglise ouverte allons-nous construire avec eux pour  quelle dimension et place communautaire ? Forts de la relecture que nous ferons ensemble, comment allons-nous poursuivre sur la question du rôle des laïcs et des ministres, nouvellement éclairées par cette expérience de privation de participation aux offices et au foisonnement des initiatives ?

Alors, pour répondre à votre question, oui, à l’occasion du confinement, je me suis mise à la calligraphie, parce que la vie, c’est des pleins, des déliés, et l’expérience de vides ainsi créés montre l’essentiel. D’ailleurs St Exupéry par la célèbre réplique « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » n’invite-t-il pas à un atelier d’écriture personnelle et collective ?

 
 

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Quelle place dans la jeunesse dans notre société ? on en parle chaque mercredi avec la présidente d’une des plus grandes associations de jeunesse : Les Scouts et Guides de France

Le présentateur

Marie Mullet

présidente des scouts et guides de France sur Twitter : @MAbrassart