Laissez-les grimper aux arbres !

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 14 novembre à 6h55

Durée émission : 3 min

La chronique des Scouts et Guides de France

Chaque mercredi François Mandil vous propose son éditorial.

Vous allez nous parler de chez vous, de Pontarlier !

Vous connaissez ? C’est le plus beau coin du monde évidemment. C’est à 800 mètres d’altitude, dans le massif du Jura, à la frontière suisse et il y a notamment la montagne du Larmont qui domine la ville. C’est la sortie familiale du dimanche, vous y croisez des sportifs en ski-roues qui attendent la neige … Et depuis quelques temps, vous y croisez de superbes cabanes, des constructions en pierre et en mousse, un peu féériques, des véritables maisons de hobbit qui résistent aux hivers et qui font la joie des enfants. Et des grands enfants aussi, moi le premier quand je retourne à Pontarlier, certains y passent même la nuit.

Et voilà que l’Est Républicain, dans son édition du Haut-Doubs, a interviewé Robert Cabot, celui qui a commencé à construire ces petites merveilles en 2011. Et il y a deux éléments qui m’ont interpelé. La première, c’est que les exploitants agricoles du lieu ont décidé de garder ces cabanes qui ne sont pas totalement dans les cordes, qui pourraient tomber … mais qui font la joie de tous. Et la deuxième, c’est évidemment que Robert Cabot a été scout et qu’il explique que c’est pour ça qu’il a gardé ce plaisir simple de construire des cabanes avec ses mains pour le bonheur des petits et des grands.

robert-cabot-a-construit-quatre-cabanes-sur-les-hauteurs-du-larmont-photo-v-c-1541961070.jpg
 
Rien, rien, ne remplacera jamais le contact avec la nature. Et d’ailleurs, l’intérêt pour les apprentissages au sein de la forêt va en augmentant. On s’intéresse de plus en plus près à ce qui se pratique en Finlande, en Allemagne, au Danemark notamment. Le principe, c’est d’utiliser la forêt comme espace d’apprentissage nouveau. On suscite la curiosité, on fait appel aux diverses formes d’apprentissages des enfants, on stimule la créativité et la confiance par la découverte monde. On s’est même rendu compte que l’apprentissage dans la nature favorisait la coopération, les plus grands protégeant instinctivement les plus petits.

C’est très amusant de voir qu’on semble découvrir l’intérêt de la nature, l’intérêt d’aller mettre les pieds dans le terrain, pour favoriser les apprentissages alors que c’est typiquement ce que fait le scoutisme depuis 100 ans. Les enfants sont en meilleurs santé, ils sont moins stressés, ils développent leurs capacités motrices, ils apprennent l’endurance … Tout un courant pédagogique se développe actuellement, sans doute en partie en réaction à un mode de vie de plus en plus sédentaire. Combien d’enfants ont réellement eu la chance de marcher pieds nus dans l’herbe ? Ce n’est pas anecdotique. Aujourd’hui, quatre enfants sur dix (de 3 à 10 ans) ne jouent jamais dehors pendant la semaine, selon un rapport de l’Institut de veille sanitaire de 2015. Louis Espinassous, grand éducateur nature pyrénéen, lui aussi formé par le scoutisme en a fait un livre : « Laissez-les grimper aux arbres » que tout éducateur devrait lire.

Le besoin de lien avec la nature est tellement profondément ancré en nous que les cabanes du Larmont sont devenues des institutions d’où les enfants ressortent hilares avec de la terre plein leurs genoux. Tellement ancré que Robert Cabot n’a rien oublié des gestes qu’il a appris quand il était louveteau.

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.