Le collectif, supérieur à la somme des individualités

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 30 mai à 6h55

Durée émission : 3 min

Le collectif, supérieur à la somme des individualités

© 2018 SGDF - Scouts marins

Aujourd’hui, François Mandil nous partage une histoire qui vous vient de Bretagne et qui nous montre que les obstacles peuvent être des révélateurs d'humanité.

Nous avons reçu hier un témoignage des scouts marins de Dinan, dans les côtes d’Armor. En début d'année, les jeunes de 14-17 ans ont voté pour un cap Rencontre, c’est-à-dire pour leur thématique d’année en gros. Et ils avaient décidé, dans ce cadre, de faire leur camp en Suisse, dans une base scoute internationale. Cette destination leur permettait de répondre à leur cap en rencontrant d'autres scouts du monde entier, d'autres nationalités, en échangeant et partageant leurs différentes cultures, etc...

Et puis, au cours de l’année, avec cette thématique de la rencontre, ils ont accueilli Youssouf au sein du groupe. Youssouf est un jeune réfugié de Guinée. Il est orphelin et vit dans une famille d'accueil près de Dinan. Youssouf a découvert le scoutisme, s'est bien intégré au groupe, est  heureux d’en faire partie et tout cela a facilité et encouragé son insertion.

Sauf que la situation administrative de Youssouf ne lui permet pas d’entrer en Suisse. Le groupe s’en est rendu compte récemment. Ce fut l'occasion pour les jeunes d'échanges et de discussions pas toujours simples. Les avis étaient partagés : abandonner un projet qui tient à cœur et que les jeunes préparent depuis plusieurs mois ? Laisser un jeune de côté pour faire aboutir le projet initial ? Les chefs et cheftaines ont laissé le choix aux jeunes et après plusieurs jours, ils ont fait le choix de changer de destination pour cet été. Ils vont faire un camp en France. Pas un seul membre du groupe, même arrivé récemment, ne devait rester sur le côté !

Cela n'est pas qu'une question de grand coeur ou de gentillesse. Je crois que l’un des enjeux de l’éducation, c’est de faire prendre conscience aux jeunes qu’ils peuvent réaliser une partie de leurs rêves. Je m’explique. Vous rêvez d’être papesse, aventurier ou de marcher sur la lune. C’est un peu compliqué. Tout n’est pas possible. Tous vos rêves ne sont pas forcément réalisables. A l’adolescence, quand on en prend conscience, on peut baisser les bras, mettre ses rêves dans une boîte et se laisser porter par la vie. Mais si des adultes vous montrent qu’il est possible de ne pas tout jeter, alors vous aurez les capacités d’être un acteur de votre vie, de tracer vous-même votre route d’adulte. Et alors vous deviendrez une grande théologienne, vous allez faire de grands et beaux voyages ou vous allez contribuer à écrire les programmes spatiaux. Et reconnaissez que c’est la classe.

Ces jeunes ont renoncé à leur rêve de partir tous ensemble en Suisse. Mais ils vont être capables de réaliser un projet qui les marquera profondément. Qui les marquera d’autant plus profondément qu’ils ont dû se ré-adapter et qu’ils ont fait le choix du collectif. Ces jeunes ont profondément intégré le fait que le bonheur est quelque chose qui se démultiplie quand il est partagé. Ils ont fait primer la réussite collective sur la réussite individuelle et ils expérimentent le fait que l’intérêt général est toujours supérieur à la somme des intérêts individuels. Il s’agit bien sûr de ne laisser personne sur le bord du chemin, mais aussi, pour tous les autres jeunes, de réaliser qu’on peut transformer ce qui est une contrainte, un obstacle, en un révélateur d’humanité.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 06h55

Chaque mercredi, découvrez la chronique des Scouts et Guides de France sur RCF !

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.