Le comptage des oiseaux

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Écologie

mardi 22 janvier à 7h20

Durée émission : 3 min

La chronique Écologie

Cyrille Frey parle de nouveau d’un comptage d’oiseaux de l’hiver, mais cette fois dans nos jardins.

Le week-end prochain, samedi et dimanche, c’est le comptage hivernal des oiseaux des jardins. Il y a deux semaines on est allés sur les lacs, les étangs, le bord de mer pour une catégorie spéciale, les oiseaux d’eau. Cette fois-ci on s’intéresse aux oiseaux les plus proches de nous. On ne s’organise pas en équipes, c’est chacun dans son jardin, ou sur l’espace vert le plus proche, pour s’intéresser à la vie sauvage la plus proche de nous. C’est la septième édition de ce comptage pour son édition hivernale, et il y en aura un autre au mois de mai pendant la saison de nidification.
 
Est-ce que c’est vraiment scientifique ou juste une sorte de loisir pour la sensibilisation ?

Les oiseaux des jardins, c’est vrai que ça donne une image un peu « loisir ». Mais non. Ce comptage est né parce que les scientifiques ont constaté que même la biodiversité dite « ordinaire » disparaissait, et même très vite. Ça se passe au sens propre autour de nous, et ça concerne les espèces qui vivent près de nous, comme les différentes espèces de moineaux, les chardonnerets, les verdiers... Des espèces qui pouvaient vivre dans des environnements transformés par l’homme depuis la nuit des temps, et voilà que depuis quelques décennies ils n’y arrivent plus. On n’a que quelques espèces qui s’en sortent parce qu’ils se sont mis à faire nos poubelles. Ça veut dire que le monde devient malsain à habiter pour tout être vivant ! De là l’idée de s’y mettre tous pour rassembler des données et aussi prendre conscience.
 
Concrètement comment ça se passe ?

On va noter tous les oiseaux qu’on observe dans un jardin, public ou privé, qu’on choisit, depuis un point fixe, pendant une heure. Soit le samedi, soit le dimanche. On peut même faire plusieurs comptages et voir les différences. On note les espèces qui sont vraiment posées dans le jardin, et comme les oiseaux vont et viennent, surtout si on a des mangeoires, on note le plus gros effectif dénombré en simultané. Comme ça pas de doublons. Et on transmet ces données grâce au site oiseauxdesjardins.fr qui explique comment indiquer où est le jardin, à quelle heure on a compté, et les résultats. Il y a aussi plein de fiches d’identification, de tutoriels… Avec le même site on peut d’ailleurs faire d’autres comptages tout au long de l’année.

C’est la LPO et le Muséum qui coordonnent ce programme. Ça va bien au-delà du loisir. En apprenant quelles espèces disparaissent et lesquelles se maintiennent, on pourra mieux connaître les causes et agir. L’action, ensuite, concerne chacun dans son jardin, poser des nichoirs, laisser une part sauvage, mais aussi l’action publique par exemple pour davantage de végétation dans nos villes. Et puis c’est l’occasion de découvrir une diversité qui peut-être va vous surprendre.

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 7h20

Le point sur l'actualité de l'écologie, chaque semaine dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Johannes Herrmann

Johannes Herrmann (Cyrille Frey de son vrai nom) est ornithologue. Membre de l'association Oeko-logia, il contribue à la revue Limite. Il est l'auteur, avec sa femme Mauhaut Herrmann, d'un essai sur la biodiversité "La vie oubliée - Crise d'extinction : agir avant que tout s'effondre" (coll. À la limite, éd. Première Partie, 2018).