"Le Fils de l’homme est maître du sabbat" (Mt 12, 1-8)

S'abonner à l'émission

Prière du matin

vendredi 20 juillet à 5h45

Durée émission : 5 min

"Le Fils de l’homme est maître du sabbat" (Mt 12, 1-8)

© alek krivec -unsplash

"Le Fils de l’homme est maître du sabbat"

Méditation de l'Evangile (Mt 12, 1-8) par le père Bernard Devert

Chant final: "Maître du sabbat", par Claude Bernard et Michel Wackenheim

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là, un jour de sabbat,
Jésus vint à passer à travers les champs de blé ;
ses disciples eurent faim
et ils se mirent à arracher des épis et à les manger.
    Voyant cela, les pharisiens lui dirent :
« Voilà que tes disciples
font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! »
    Mais il leur dit :
« N’avez-vous pas lu ce que fit David,
quand il eut faim, lui et ceux qui l’accompagnaient ?
    Il entra dans la maison de Dieu,
et ils mangèrent les pains de l’offrande ;
or, ni lui ni les autres n’avaient le droit d’en manger,
mais seulement les prêtres.
    Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi
que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple,
manquent au repos du sabbat sans commettre de faute ?
    Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple.
    Si vous aviez compris ce que signifie :
Je veux la miséricorde, non le sacrifice,
    vous n’auriez pas condamné
ceux qui n’ont pas commis de faute.
En effet, le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

Source  AELF
 

Méditation Père Bernard Devert

La tendresse est dans le cœur de Dieu, mais comme nos cœurs sont durs, prompts aux jugements qui condamnent. L’homme trouve sur son chemin bien des juges mais peu d’avocats. Heureusement Dieu vient nous défendre.  
Que reproche-t-on aux disciples du Seigneur ? Le jour du sabbat, ils ont arraché des épis et les ont mangés.
Quelle affaire !
Jésus de leur dire « vous n’avez pas lu ce qu’a fait David quand il eut faim, il entre avec ses compagnons dans la maison de Dieu et ils mangèrent les pains de l’offrande ».
La grande affaire de Dieu, c’est l’homme.
Le sabbat est un temps de repos, d’ouverture mais voici que ce jour est emprisonné dans des contraintes que l’homme ne cesse de créer pour rendre grâce à Dieu.
Quel malentendu alors que Dieu est source d’une liberté qu’il ne cesse de nous offrir pour nous libérer, mais nous n’aimons pas la liberté.
La Bible nous rappelle cette parole de Dieu, je n’ai que faire de vos sacrifices ; ce qui importe c’est un cœur brisé, c’est-à-dire libéré.
Seigneur, nous te localisons dans des temples et multiplions des rites qui, avec le temps se rident, mais nous sommes un vieux peuple qui a peur de la jeunesse, de ta jeunesse, celle que tu nous fais entendre ce matin : ce n’est pas si grave ce qu’ont fait les disciples, ce qui est grave, c’est de s’éloigner de l’humain, de ce qui est profondément humain.
Seigneur, entendre ta défense, c’est réhabiliter l’homme, le sortir de ses prisons dont il n’a même pas toujours idée.
Alors, ce matin, Seigneur, ton évangile ne donne pas seulement la permission de sortir de nos lieux d’enfermement mais nous invite à bâtir des lieux de liberté. Quels sont-ils ? Nos espaces intérieurs, ceux là-mêmes que tu veux habiter.

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Evangile du jour, commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.