"Le MEDEF croit encore à la théorie du ruissellement et cela m’inquiète !"

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique du Secours catholique - Caritas France

jeudi 24 janvier à 6h55

Durée émission : 3 min

La chronique du Secours catholique - Caritas France

© BERTRAND GUAY AFP

Véronique Fayet vous propose son éditorial tous les jeudis.

Le récent rapport d’OXFAM sur les inégalités est assez effrayant ! Le nombre de milliardaires a presque doublé depuis la crise financière de 2008. En France, il a plus que doublé, passant de 14 à 40. 26 personnes disposent désormais d’autant d’argent que les 3,8 milliards les plus pauvres de la planète ; en 2017, elles étaient 43 . En France les 10% les plus riches possèdent 48% du patrimoine, et on pourrait multiplier les chiffres choc !

Face à cela 2 points de vue s’affrontent : celui de la directrice internationale d’OXFAM - je cite - "le fossé qui s’agrandit entre les riches et les pauvres pénalise la lutte contre la pauvreté, fait du tort à l’économie et alimente la colère dans le monde" …Cela se vérifie en effet dans la colère qui gronde en France aujourd’hui . Ce point de vue est diamétralement opposé à celui de Geoffroy Roux de Bezieux , le président du MEDEF avec qui j’ai eu un entretien croisé dans le journal la Vie la semaine dernière. Le président du MEDEF dit au contraire ,- je cite - "plus il y aura de riches en France et mieux nous nous porterons ..Plus il y a de riches et plus il y a de recettes fiscales et de consommation". 

C’est la fameuse théorie du ruissellement qui prétend que les riches consomment et investissent et que cela "descend" vers les pauvres en créant des emplois pour eux . Autrement dit ce qui est bon pour les riches, est bon pour la croissance et donc bon pour les pauvres. Rares sont les économistes sérieux qui croient encore à cette théorie car au-delà d’un certain niveau de revenus, les personnes placent leur argent dans des fonds spéculatifs à hauts rendements et non dans l’économie réelle . L’économiste jésuite Gaël Giraud notamment, l’a clairement démontré .

Le MEDEF croit encore à la théorie du ruissellement et cela m’inquiète ! Parce que, Si nous voulons combattre la misère, l’exclusion , le chômage, en France et dans le monde , nous ne pouvons pas le faire contre les entreprises , ni même sans les entreprises. Cette bataille ne se gagnera que tous ensemble entreprises et associations, syndicats et Etats, collectivités locales, élus et citoyens, bien sûr , en particulier ceux qui ont une vie difficile, qui subissent cette pauvreté.

Je sais que le Medef représente plus les grandes entreprises que les PME locales mais il faut trouver le moyen de réconcilier les points de vue pour combattre ensemble les inégalités. Peut-être que les EDC pourrait être ce pont ? Je lance l’appel...

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 6h55 et 12h48

Chaque jeudi, l'édito de Véronique Fayet (présidente) et Hervé Perrot (aumônier général) du Secours Catholique - Caritas France.

Le présentateur

Véronique Fayet

présidente du Secours-Catholique Caritas France. Elle est l'auteur de "Révolution Fraternelle, le cri des pauvres" aux éditions Indigènes https://www.secours-catholique.org/