Le Medef se cherche un nouveau dirigeant

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

lundi 11 juin à 7h18

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© ERIC PIERMONT AFP

Le MEDEF va bientôt changer de tête. La principale organisation patronale va choisir son nouveau président le 3 juillet prochain.

Près de 124.000 entreprises adhèrent au Medef

Le mandat de Pierre Gattaz arrive en effet à échéance. Les six candidats qui prétendent à sa succession ont été auditionnés par le Conseil exécutif du MEDEF le 28 mai dernier. Et c’est lundi 11 juin que ce conseil va procéder à un vote, seulement consultatif, pour élire son candidat favori. Notons que deux candidats font la course en tête: Alexandre Saubot et Geoffroy Roux de Bézieux.

La France compte aujourd'hui trois millions d’entreprises. Un peu moins de 124.000 adhèrent aujourd’hui au MEDEF. Cela en fait la première organisation patronale. Mais il en existe d’autres comme la CPME pour les petites et moyennes entreprises  l’U2P pour les professions libérales et les artisans ou encore l’UDES, l'Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire.
 

Un Medef en quuête de modernisation

Sur les 19 millions de salariés du privé, 8,5 millions sont adhérents du MEDEF, trois millions à la CPME et cinq cent mille à l’U2P. On le voit bien, le MEDEF reste aujourd’hui l’interlocuteur principal du gouvernement, des organisations syndicales, et de toutes les institutions qui régulent le marché. 

Défendre les intérêts des entreprises, voilà le coeur de mission de la principale organisation patronale. Pourtant, dans les faits, ce n’est pas si simple. Le MEDEF compte pas moins de 87 fédérations professionnelles affiliées, entre 110 et 130 représentations territoriales, sans compter le MEDEF international, ainsi qu'une centaine de commissions. Une organisation lourde qui a aujourd’hui besoin d’évoluer, de se moderniser, pour gagner en crédibilité et en efficacité.
 

Une organisation déconnectée de sa base locale

Cette nécessité pour l’organisation patronale de trouver un nouveau souffle est également perçue sur le terrain. C'est le cas d'Olivier de Pembroke, le président du Centre des jeunes dirigeants d'entreprise, dont la philosophie est de mettre l’économie au service de l’homme. Olivier de Pembroke dirige également Tradifret, une entreprise de transport de marchandises. Pour lui le MEDEF n’est plus vraiment représentatif aujourd’hui.

Inventer un syndicalisme qui parle aux chefs d’entreprise, voilà l’un des défis du futur patron du MEDEF. Ces chefs d'entreprise ont plusieurs attentes : simplification, valorisation et transformation. Alors évidemment, le vote consultatif des 45 membres du Conseil exécutif de l’organisation patronale, lundi, sera observé avec attention puisque ce Conseil est composé des principaux dirigeants du MEDEF, les présidents des fédérations professionnelles et des Medef territoriaux. Le verdict final ce sera le 3 juillet prochain. Les 560 membres votants de l’assemblée générale du Medef éliront le successeur de Pierre Gattaz.

Les dernières émissions