​Le ravi de la crèche

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des EDC

mardi 18 décembre 2018 à 6h55

Durée émission : 3 min

La chronique des EDC

Chaque mardi Jean-Marie Valentin propose son éditorial.

En cette période d’avent, j’écoute la Pastorale des Santons de Provence en boucle. J’aime ce texte qui raconte Noël dans la tradition de nos crèches provençales avec l’ange Bouffareo, l’âne et le bœuf qui parlent avec l’accent, le berger et son chien, le gendarme et le boumian. C’est l’histoire du petit Jésus qui fait irruption dans nos vies, dans la société française du 19ième siècles, Bethleem devenue pour l’occasion, un village de Provence.

Et qu’elle est le lien avec les entrepreneurs et dirigeants ?

Eh bien cette pastorale laisse une grande place aux entrepreneurs et dirigeants : il y a pistachier qui a peur de tout, et sa femme la poissonnière malhonnête. Il y a le meunier dépressif et paresseux qui attache les ailes de son moulin pour ne pas être dérangé par le vent. Il y a surtout Roustide, le plus riche de tout Bethléem. L’ange dit de lui que "plus il devenait riche plus son cœur devenait sec".
Franchement, ils sont bien décevants ces entrepreneurs et dirigeants de la crèche.

Pourtant, ils vont se mettre en marche en entendant la musique des anges. Et que ce soit en chemin, ou au pied de la crèche, chacun sera touché par un miracle qui va changer sa vie tout en le réaffirmant dans sa mission de meunier, de poissonnier, de pistachier ou de grand propriétaire. Le petit Jésus ne leur demande pas de quitter leur vie, mais de la vivre pleinement comme un don.

Quel enseignement tirez-vous de cette pastorale ?

C’est bien simple. Ils ne sont pas beaucoup mieux que nous ces santons entrepreneurs habités par la peur, le doute, l’avarice - mais ils ont été sensibles à la musique des anges et cela a changé le sens de leur vie. Que le bon Dieu nous donne d’entendre à notre tour, cette petite musique dans le brouhaha de nos vies. Qu’il nous donne de vivre Noël dans la confiance et l’abandon afin qu’il puisse faire son œuvre en nous et nous, son œuvre dans ce monde.

Et quel est votre santon préféré Jean-Marie ?

Sans hésiter, le ravi de la crèche. Celui qui regarde est qui s’exclame "oh mon Dieu que tout cela est joli". Dans ma petite crèche à moi cette semaine, j’ai trouvé joli ce diner de Noël qui a réuni mon équipe. Ces hommes et ces femmes qui ne se connaissaient pas il y a quelques mois encore, et qui rassemblés autour de cette aventure entrepreneuriale, forment aujourd’hui une petite communauté humaine bien sympathique dont j’ai la charge. Je crois qu’en cela, l’entreprise est un don.

J’ai trouvé joli ce déjeuner avec Ludovic qui me rappelle que d’une relation professionnelle peut jaillir une amitié profonde. J’ai encore trouvé joli de voir le Pape François appeler mon grand frère à devenir Evêque. Autre appel, autre don pour lequel je rends grâce. Alors oui, j’aspire à pouvoir être au pied de la crèche le 24 au soir en famille et témoigner qu’en dépit du bruit, ce monde est joli pour autant qu’on sache le voir. Joyeux Noël à tous !

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 6h55 et 12h48

Le mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) rassemble des chefs d’entreprises et des dirigeants soucieux d'approfondir le sens de sa mission de dirigeant à la lumière de l’Évangile et de l’enseignement social chrétien.

Le présentateur

Jean-Marie Valentin

Jean-Marie Valentin est le président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris.