Les années 2010, 10 ans de « crises » pour l’Europe

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Europe

vendredi 3 janvier à 7h20

Durée émission : 3 min

Les années 2010, 10 ans de « crises » pour l’Europe

Alors que nous sommes en train de tourner la page des années 2010, Edouard Simon nous propose de revenir sur les changements survenus durant la dernière décennie pour l'Europe.

Le moins qu’on puisse dire c’est que ces 10 ans ont été particulièrement éprouvantes pour l’Europe : crise financière et économique, crise migratoire, crise sécuritaire, crise démocratique… 

Les années 2010 ont été extrêmement éprouvantes pour l’Europe. Elles se sont ouvertes sur une crise, celle de la zone euro. Et, elles se ferment avec le Brexit dont les termes ont été adoptés par la Chambre des Communes britanniques, le 20 décembre dernier, et qui incarne une crise du projet européen qui doit être refondé.

Entre les deux, une succession de crises de diverses natures, comme vous le rappeliez justement, et dont la plupart ne sont pas véritablement réglées. Par exemple, la crise de la zone euro a été contenue par la politique non conventionnelle de la BCE mais les raisons structurelles de cette crise n’ont pas encore été traitées. Autre exemple, les crises sécuritaires aux frontières orientales et méridionales de l’Europe ont rappelé brusquement aux Européens que la fin de l’Histoire n’était qu’une douce illusion et qu’il leur incombait d’assurer leur sécurité.

Dernier exemple, la crise démocratique et politique qui frappe les institutions européennes bien sûr, dont le rapport aux citoyens européens est encore et toujours perçu comme trop lointain. Mais, pas seulement. Cette crise de confiance politique touche également (si ce n’est avant tout) les démocraties nationales. Et, pas seulement en Pologne et en Hongrie.

Le bilan est particulièrement sombre, n’y-a-t-il rien eu de positif dans cette décennie ?

Je ne voudrais pas effectivement paraître trop négatif, d’autant plus que face à cette multitude de crises, l’Europe a su montrer une résilience et une capacité d’adaptation absolument remarquables. Le seul fait que l’Union européenne – malgré toutes ces crises – existe encore est en soi une bonne nouvelle et une raison d’espérer.

Dans une interview récente, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen soulignait à raison que l’Union était comme le roseau de la fable : elle plie mais ne rompt pas.

D’autant que l’Union a également gagné en épaisseur politique lors de ces 10 dernières années. En 2010, la Commission était présidée par le portugais José Manuel Barroso, qui a incarné un net affaiblissement du projet européen. Face aux crises, les commissions politique de Juncker puis « géopolitique » de von der Leyen témoignent d’un réarmement progressif des institutions européennes. Mais le chemin est encore long.
 

Cette décennie a-t-elle permis à l’Union d’être à la hauteur de la nouvelle décennie qui s’ouvre ?

C’est effectivement la question la plus importante. Et, la réponse est loin d’être évidente car, au cours de la dernière décennie, il n’y a pas que l’Union européenne qui ait changé. Le monde dans lequel elle évolue a été très profondément bouleversé. Déclin du multilatéralisme, montée en puissance de la Chine, isolationnisme et pivot stratégique américain, retour des politiques de puissance : le monde de 2020 est plus dangereux et moins prévisible qu’auparavant.

Il est urgent que l’Europe, pour reprendre un titre du quotidien britannique Financial Times ‘apprenne le langage de la puissance’.

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 7h20

Chaque semaine, dans la Matinale RCF, une analyse politique de l'Union européenne et de ses grands enjeux.

Le présentateur

Edouard Simon

Edouard Simon est directeur du bureau de Bruxelles du think-tank Confrontations Europe