Les conférences sur la vision de l’économie par le pape François

Présentée par PR-25018

S'abonner à l'émission

La chronique Economie

vendredi 20 novembre à 7h20

Durée émission : 3 min

Les conférences sur la vision de l’économie par le pape François

© DR

Une rencontre virtuelle entre le Pape François et 2000 jeunes économistes a pour but de mieux diffuser la vision économique du souverain pontife dans le monde.

00:00

00:00

La rencontre intitulée "l’économie de François" devait se tenir initialement à Assise à la fin mars. Mais le Covid-19 est passé par là. Et ce "Davos du Pape" se tiendra entièrement en ligne, comme de nombreux évènements cette année. Son but est de répondre à une question simple : quelle est la vision économique du Pape et comment mieux la diffuser ?

Une rencontre virtuelle

La rencontre rassemble virtuellement 2 000 jeunes économistes et futurs décideurs, venus de 120 pays. Le Pape a choisi de s’adresser aux jeunes, car ils sont plus réceptifs que leurs aînés à son message. Celui de passer à un "nouveau modèle de développement qui n’exclut pas, mais inclut, et ne génère pas des inégalités", comme l’a expliqué François en lançant son initiative. Nous donnons la parole à quatre d’entre eux dans La Croix parue ce matin.

La rencontre a été ouverte par le Cardinal ghanéen Peter Turkson, qui a pris la tête du dicastère sur le "développement intégral" créé par le Pape en 2006. Plusieurs figures internationales ont pris la parole ou vont le faire, comme l’économiste américain Jeffrey Sachs, et le prix Nobel d’économie Muhammad Yunus, fondateur de la microfinance avec sa Grameen Bank. C’est le cas aussi de deux intervenants plus connus dans l’hexagone, soeur Cécile Rénouard, religieuse assomptionniste et professeur à l’Essec, à l’école des mines et à Sciences Po, et le jésuite Gaël Giraud, ancien économiste en chef de l’Agence française de développement. Les trois demi-journées seront conclues, samedi, par une allocution vidéo du pape.

Le Pape marqué par les inégalités

Le Pape a été très marqué par sa vie en Argentine, un pays marqué par des inégalités très profondes, où il a été sensibilisé à la théologie du peuple. Comme l’explique sur le site de La Croix notre correspondant au Vatican, Lou Besmond de Sennevile, François s’exprime régulièrement sur ces questions depuis le début de son pontificat, dénonçant en particulier les effets d’une économie dérégulée. Les mots "économie" ou "économique" reviennent plus de cinquante fois dans l’encyclique Fratelli Tutti, publiée début octobre.

Lors d’une série de catéchèses, l’été dernier, il avait ainsi développé sa vision du monde d’après le Covid-19, identifiant la pandémie comme une occasion historique pour changer le monde. Il s’était notamment interrogé et je le cite : "Après la crise, est-ce que nous continuerons avec ce système économique d’injustice sociale et de mépris pour la sauvegarde de l’environnement, de la création, de la maison commune ? Réfléchissons-y".

Les dernières émissions

Le présentateur

Vincent de Féligonde

Vincent de Féligonde est chef du service économique et social de La Croix. Il y a débuté sa carrière, puis a été correspondant des Echos en Allemagne, chef du service web, avant de revenir à La Croix pour en diriger les services international, puis économique. Sa passion : rendre intelligibles les grandes évolutions de l’économie @VdeFeligonde