Les conséquences de l'affaire Georges Floyd sur les banlieues françaises

Présentée par PR-21492

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 5 juin à 8h10

Durée émission : 15 min

Les conséquences de l'affaire Georges Floyd sur les banlieues françaises

© Charles Eloidin

Un mouvement de révolte s'étend aux Etats-Unis. Mais aussi en France. Georges Floyd, Adama, deux affaires différentes. Pourtant, elles ont un point commun : les violences policières.

Une victoire du soft power américain ?

Peut-on parler d'un effet Floyd dans les banlieues françaises ? Des manifestations ont été organisées, notamment par le collectif Adama, en France, en soutien au mouvement Black Lives Matter. "Cela fait longtemps que les banlieues s'émeuvent des relations compliquées avec la police. Il y a eu des actions menées contre l'Etat à ce titre-là. La problématique existe depuis longtemps. Dans les années 70, on avait une situation incroyablement pire. La situation est grave en France. Elle n'empire pas. L'indignation collective, elle, s'accroit à juste titre. On est face un phénomène global qui témoigne d'une forme de victoire du soft-power américain. Les problèmes des Etats-Unis paraissent être des problèmes universels" explique Erwan Ruty, directeur de Ressources Urbaines, auteur de "Histoire des banlieues françaises" (éd. François Bourin).

Les violences policières existent en France. Mais ce n'est pas comparable avec la situation américaine. "C'est très difficile de dire s'il existe un racisme systémique dans la police française. Les doctrines de maintien de l'ordre diffèrent dans les deux pays. Il y a très probablement des policiers racistes en France, et des dérapages. Aux USA, la doctrine de maintien de l'ordre, la politique sur les armes à feu, n'existe pas en France. Le degré de violence n'est pas comparable. En revanche la situation sociale des minorités peut être comparée" ajoute Erwan Ruty.
 

Les banlieues, laboratoire de la France de demain

"Les banlieues sont le laboratoire de la France de demain. Ce qui se passe ailleurs dans la société, se passe soit en pire, soit en beaucoup mieux, dans les banlieues. Les idéologies sont très marginales dans les banlieues. Ce qu'il faut surtout voir, c'est à quel point ces quartiers sont devenus pauvres. La réponse à la pauvreté, c'est l'économie parallèle. C'est une excroissance de la mentalité dominante. La nouvelle vulgate qui a court dans la société française, est aussi présente dans les banlieues : chacun pour soi, Dieu pour tous" lance l'auteur de "Histoire des banlieues françaises" (éd. François Bourin).

"La réponse serait une meilleure relocalisation. Ces territoires peuvent être une partie de la relocalisation industrielle. Il y a énormément de main d'oeuvre qualifiée pour travailler là-dessus. Il y a des espaces, pas chers, pour créer cet univers de circuit-court, de transition écologique. Il y a de l'énergie, de la créativité, des capacités, des indépendants qui ont cette volonté de s'en sortir. Il y a un potentiel si l'on décide d'implanter une partie de cette nouvelle économie dans les quartiers" conclut Erwan Ruty.

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 8h10 et à 20h45

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.