Les défis de l'Eglise catholique pour 2020

Présentée par PR-17618

S'abonner à l'émission

3 questions à

lundi 6 janvier à 6h41

Durée émission : 4 min

3 questions à

© HO VATICAN MEDIA AFP

Entre voyages pontificaux, défis extérieurs et crises internes, l'année 2019 aura été pour le moins chargée, pour l'Eglise catholique. Qu'en sera-t-il de 2020 ?

Sept voyages pontificaux. La lutte contre la pédocriminalité dans l’Eglise avec un sommet mondial et l’abolition du secret pontifical. Le synode sur l’Amazonie et la question du célibat consacré. Un consistoire. La réforme de la Curie. De nombreux débats sociétaux sur l'accueil des migrants et l’écologie. L’année 2019 a été chargée pour l’Eglise catholique. Comment s'annonce 2020 ? L'analyse de Bernard Lecomte, spécialiste de l’Eglise catholique, auteur de "Tous les secrets du Vatican" (éd. Perrin).

Le pape François peut-il tenir un tel rythme après une année 2019 particulièrement intense pour l’Église catholique ? "Lui-même ne le sait sans doute pas" explique Bernard Lecomte. Concernant son éventuelle démission, le journaliste rappelle "qu’ii l’a dit lui-même. Il avait salué la décision de Benoît XVI de démissionner, de renoncer à sa charge, et il a laissé entendre qu’il ferait la même chose. Aujourd’hui on n’imagine plus un pape très âgé incapable d’assurer la charge d’une communauté d’un milliard et demi de fidèles. Oui il démissionnera".

En 2019, l’unité de l’Église aura été relativement mise à mal. "Une communauté d’un milliard et demi de fidèles, cela ne se manie pas comme un Solex. C’est extrêmement complexe. Toutes les cultures du monde y sont représentées. Et l’Église n’a jamais été unanime. Elle a plus ou moins le goût du pluralisme ou du débat. Aujourd’hui, il y a incontestablement une partie de l’Église qui n’aime pas le pape François. Mais de là à parler de schisme… Il suffit de regarder l’histoire de l’Église pour voir que l’on est très loin d’un tel ébranlement" ajoute Bernard Lecomte.

S’agissant de la lutte contre la pédocriminalité, le journaliste estime que les efforts entrepris l’an dernier vont se poursuivre. "Le pape François n’a fait qu’hériter de cette affaire. Elle est née il y a vingt ans sous Jean-Paul II. Benoît XVI a ensuite pris le taureau par les cornes contre l’avis d’un certain nombre de cardinaux. Et François a hérité de tout cela. Il a fait ce qu’il fallait faire. Il a fait avancer tous les dossiers. Cela dit, c’est un dossier qui rebondit. Il y aura d’autres révélations, d’autres associations de victimes" lance encore le spécialiste du Vatican.
 

L'intégralité de l'interview de Bernard Lecomte au micro d'Etienne Pépin:

00:00

00:00


 

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Etienne Pépin

Etienne Pépin est rédacteur en chef Actualités.