Les "gens" et les autres

Présentée par UA-66834

S'abonner à l'émission

La chronique Philosophie

mardi 14 mai 2019 à 8h52

Durée émission : 3 min

La chronique Philosophie

Retour sur une expression très courante, mais "impropre et dangereuse" pour Laurence Devillairs : "Les gens"

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

J’aimerais, Stéphanie, revenir, ce matin, si vous voulez bien, sur une expression en apparence anodine, une expression archi courante, mais qui me semble à la fois impropre et dangereuse.  

C’est le fait de parler des « gens », de dire « les gens », quand on veut parler des Français, des citoyens, des manifestants, des électeurs, du peuple, bref de nous. N’avez-vous pas remarqué l’emploi de cette expression, à l’antenne, à l’écran, dans les discours des politiques, dans ceux des « intellectuels », des dirigeants et des élus ? 

Comme s’il y avait deux catégories bien distinctes : celle des « gens » et celle de ceux qui parlent des « gens », mais qui, visiblement, n’en font pas partie. Comme s’il revenait à d’autres, intellectuels ou dirigeants, de dire ce que « les gens » font sans en avoir vraiment conscience

Ceux qui parlent des « gens » ne font manifestement pas partie des « gens ». Où sont-ils ? Au-dessus ? Ailleurs ? Il y aurait donc le monde « des gens » et le monde de ceux qui regardent « les gens » agir et qui commentent leurs actions. 

L’expression d’ailleurs prolifère de nos jours, où « les gens » sont dans la rue, où « les gens » font preuve de mécontentement, où « les gens » veulent des choses, et où les autres essaient de savoir quoi. 

les gens, ce serait une catégorie politique ?  

Deux catégories politiques, en réalité : car il y a « les gens » et ceux qui en parlent. Deux mondes. Mais cette séparation est parfaitement artificielle et infondée, totalement désobligeante et désagréable. 

Car nous sommes tous « les gens ». Nous appartenons tous à une même unité, qui connaît des temps difficiles, certes, mais qui existe : cette unité, c’est celle de la France, de la République, de ce qu’on nomme un peu platement « vivre-ensemble ». 

Pourquoi alors les hommes politiques parlent-ils des « gens » comme s’ils n’en faisaient pas partie, comme s’ils n’étaient pas eux aussi, ces gens de la France, ces gens de la République française ? 

Ce qui était dommageable lors du débat du Président Macron avec les intellectuels, en mars dernier, c’était l’image divisée, quasi censitaire, que cela donnait du pays, avec d’un côté « les gens » et, de l’autre, les intellectuels, comme si ensemble, tous ne formaient pas une même démocratie, un même pays ?

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 8h52 et 15h15

Chaque mardi dans la Matinale RCF, vous retrouvez l'instant Philosophie de Laurence Devillairs.

Le présentateur

Laurence Devillairs

Philosophe, enseignante au Centre Sèvres et à l'Institut catholique de Paris, Laurence Devillairs est spécialiste de l'âge classique et du cartésianisme.