Les relations franco-américaines, au coeur du dernier G7

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

mardi 27 août à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© ludovic MARIN AFP

​Les dirigeants du G7 se sont quittés lundi après une réunion de trois jours à Biarritz. Un sommet qualifié de réussite pour le président Emmanuel Macron.

"L'hégémonie n'est plus un boulevard"

Amazonie, crise sur le nucléaire iranien, taxe numérique sur les Gafa. Les sujets au menu du G7 n’étaient pas des moindres. "On retrouve tous les ingrédients habituels d’un G7 : un même style qui annonce des convergences tout en restant prudent sur la nature exacte de ces rapprochements" explique Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences Po, spécialiste des relations internationales.

Face à Donald Trump, Emmanuel Macron a tenu bon et aurait réussi à imposer son agenda, selon les observateurs. "C’est vrai que la présidence française a été active et a marqué des points. C’est aussi vrai que Donald Trump s’est présenté jusqu’à présent plus discret. Mais il faut noter que cette ambiance un peu profil bas s’explique par un certain nombre de revers. Cela montre que l’hégémonie n’est plus un boulevard, et qu’on ne peut pas imposer sa volonté sans déchanter un peu après" ajoute-t-il.
 

Quelles relations entre les Etats-Unis et la France ?

Au cours de la conférence de presse finale, Emmanuel Macron a annoncé que les conditions pour un accord de paix avec l’Iran étaient réunies. "Tout le monde s’attendait à ce que le sujet soit abordé. Il l’a été largement. Maintenant, on n’en sait guère plus. Concrètement, pour l’instant, on ne voit rien. Il ne faut pas non plus faire la fine bouche. L’événement a donné une nouvelle dimension au contentieux entre les États-Unis et l’Iran. Il vient refroidir le climat étouffant dans cette région du monde. Maintenant, tout reste à faire" précise Bertrand Badie.

Un accord sur la taxation des Gafa a été visiblement trouvé entre le président français et le président américain. Ce dernier a évoqué deux jours d’unité en parlant de ce G7. On est désormais bien loin des tweets menaçants de Donald Trump, à son arrivée, il y a deux jours. Pourtant, il ne faudrait pas parler trop vite de réconciliation. "Ne jugeons pas les accords ou les conflits, les réconciliations ou les disputes, au vu des images. Il n’y a pas de divorce franco-américain, mais quelque chose de bien pire : le choix d’une diplomatie unilatérale de la part des États-Unis" conclut ce spécialiste des relations internationales.

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.

Le présentateur

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!