L'Etat doit-il organiser l'islam de France ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

3 questions à

jeudi 15 février à 6h41

Durée émission : 4 min

L'Etat doit-il organiser l'islam de France ?

© Azzedine Aïnouche (Marseille), Tahar Zeroual (Lyon), Khedil Merroun (Evry) et Didier Leschi, directeur du bureau du Culte au ministère de l'Intérieur -

​Comment mieux organiser l’islam en France ? Faut-il instaurer un concordat ou même un grand imam de France ?

00:00

00:00

Ce sont en tout cas des questions auxquelles semble réfléchir Emmanuel Macron. Dans un entretien au Journal du Dimanche, le chef de l’Etat a indiqué qu’il souhait poser des jalons au premier semestre 2018 pour réformer l’islam de France.

Est-ce-qu’il y a aujourd’hui nécessité de mieux organiser l’islam en France ?

"Il y a la nécessité pour l’islam de mieux s’organiser, c’est-à-dire pour les fidèles musulmans d’avoir une représentation de ce qu’ils sont, qui ait une plus grande légitimité que celle qui existe aujourd’hui avec le Conseil français du culte musulman (CFCM). Je crois que le modèle qui pourrait être celui du culte musulman, c’est le modèle du protestantisme, soit l’association de l’ensemble des associations cultuelles ou d’une partie d’entre elles dans une structure qui permette d’unifier la parole, et d’avoir une parole plus forte vis-à-vis des pouvoirs publics, en particulier des pouvoirs publics locaux" explique ​Didier Leschi, auteur de "Misère(s) de l’islam de France" (éd.Cerf), ancien chef du bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur.

Emmanuel Macron veut donc organiser le culte musulman. Il entend réduire l’influence des pays étrangers, régler le problème du financement des imams. Est-ce à lui de le faire et cela va-t-il régler le fond du problème ?

"Réduire l’influence des pays étrangers, c’est important. Car ce qu’on appelle l’islam consulaire est en grande partie responsable de la désorganisation du culte musulman. Les affrontements entre marocains et algériens sont un problème. Le deuxième problème est que l’islam pratiqué dans un certain nombre de pays n’est pas une idéologie qui prend en compte la diversité et qui professe une théologie de l’altérité. Cela a un impact négatif sur une partie des musulmans de France" ajoute Didier Leschi.

Plusieurs pistes sont évoquées. On a même pu entendre l’idée de réactiver le Concordat pour pouvoir financer l’islam. Bonne ou mauvaise idée ?

"On ne sait pas encore si c’est l’idée du président de la République. Le culte musulman de ces dernières années a connu un rattrapage très important en matière de construction de lieux de culte. Il n’est pas évident qu’il y ait de problèmes financiers particuliers. Mais on ne pourrait pas faire un système dérogatoire uniquement pour le culte musulman. Vous avez par exemple beaucoup d’églises évangéliques qui ont du mal à avoir des lieux de culte, et s’il y avait une extension du Concordat, elle devrait s’appliquer à l’ensemble des cultes et pas à un culte en particulier" conclut Didier Leschi.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h41 et 07h40

Tous les jours dans La Matinale RCF, un fait d'actualité mis en lumière et expliqué en trois questions.

Le présentateur

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!