Liberté de la presse

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Europe

vendredi 2 mars à 7h12

Durée émission : 3 min

La chronique Europe

Charles de Marcilly revient sur l'assassinat du journaliste slovaque Jan Kuciak et sa compagne. De quoi s'interroger sur l'état de la liberté de la presse en Europe.

Le journaliste slovaque Jan Kuciak et sa compagne ont été sauvagement assassinés la semaine dernière. Jan Kuciak enquêtait sur des affaires de corruption et de fraudes fiscales. Si cet évènement reste rare en Europe, il semble que la presse est en danger, et pas seulement physique…

Rare en Europe, mais en quatre mois c’est le second assassinat, après celui de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia en décembre dernier qui enquêtait également sur des dossiers de corruption. Selon un rapport publié par l’UNESCO, 930 journalistes ont été tués dans le monde entre 2006 et 2016 dans le cadre de leurs fonctions. 92% de ces journalistes étaient issus de la presse locale. On ne parle pas seulement de reporter de guerre, mais aussi de journaliste d’investigation en danger permanent. En Turquie, plus d’une centaine de journalistes sont toujours emprisonnés.

Pourtant, l’Europe est à l’avant-garde de la liberté de la presse et promeut la diversité. Les institutions rappellent au gouvernement turc que la place des journalistes n’est pas en prison mais dans les rédactions. Elles s’émeuvent des meurtres de journalistes. Mais peu de réponses sont apportées. Le traité précise pourtant dans son protocole 26 qu’il est nécessaire de préserver le pluralisme dans les médias mais sans que celui-ci ne soit clairement défini. Mais je note que la défiance est plus large face à l’information et la manipulation des citoyens. Jamais autant informés, mais jamais autant sceptiques pourrait être un bon résumé…

On pense aux groupes de réflexion, aux propositions de lois qui pourraient être proposées pour lutter contre les fake news par exemple. Bruxelles y réfléchit, Paris également. Dans le dernier baromètre de la confiance dans les médias publié par le journal La Croix en janvier dernier, on voit que les français s’informent beaucoup sur les réseaux sociaux mais qu’ils « sont perdus et ne savent plus à qui accorder leur confiance ».[1] La multiplication des sources entraine les risques, notamment de manipulation de masse. Cela s’est vu lors des dernières élections et des ingérences étrangères.  Vous le voyez, les pistes de réflexion et de doute sont nombreuses. Mais l’assassinat de Jan Kuciak doit servir de réveil : dans l’expression liberté de la presse, c’est notre liberté à s’instruire et comprendre qui est défiée.  
 

[1] Eric Scherer pour le 1 sur les fake news 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 07h12

Chaque semaine, Charles de Marcilly propose une analyse politique de l'Union européenne et de ses grands enjeux.

Le présentateur

Charles de Marcilly

Spécialiste des affaires européennes depuis plus de dix ans, Charles de Marcilly est le responsable du bureau de Bruxelles de la Fondation Robert Schuman.