"Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de ..." (Lc 8,19-21)

Présentée par UA-136279

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mardi 22 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de ..." (Lc 8,19-21)

© David-Zawila-UNSPLASH

"Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique"

Méditation de l'évangile (Lc 8, 19-21) par le père Nicolas de Boccard

Chant final: "ta parole Seigneur" par Patrick Richard, Gaël Lecuyer

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver,
mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui
à cause de la foule.
    On le lui fit savoir :
« Ta mère et tes frères sont là dehors,
qui veulent te voir. »
    Il leur répondit :
« Ma mère et mes frères
sont ceux qui écoutent la parole de Dieu,
et qui la mettent en pratique. »
 
Source : AELF

Méditation Père  Nicolas de Boccard

Jésus nous demande en permanence de dépasser ce qui est humain, trop humain -  non pour le nier, mais pour le dépasser. Sinon, les vœux religieux, par exemple, n’auraient aucun sens. Ainsi le vœu de chasteté ne consiste pas à nier la sexualité, mais à l’assumer dans un amour plus grand. De même que le vœu d’obéissance n’a pas pour but d’annihiler notre volonté propre mais de l’inscrire dans le regard de Dieu à travers l’obéissance aux supérieurs.

C’est la même chose dans le mariage : un amour humain se transforme avec le temps et la grâce s’inscrivent peu à peu dans l’Alliance de Dieu avec l’humanité. Il ne s’agit de nier sa famille humaine, mais de l’englober dans une réalité plus vaste, celle d’une communauté de croyants. Jésus, dans cet évangile, ne vient pas opposer sa famille selon la chair, à celle de ses disciples, mais Il les intègre dans un cercle infiniment plus large. C’est toujours par un amour supérieur que nous sommes vainqueurs et pouvons dépasser ce qui est trop étroit dans notre cœur : les simples liens familiaux, la véhémence de la chair, notre volonté propre. C’est une assomption de tout nous-même qui nous est demandé, à la suite du Christ et par l’effet de sa grâce. Cela s’appelle la sainteté. C’est impossible et irréalisable aux yeux des hommes, mais pas aux yeux de Dieu. Comme le demandait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus : « sois Seigneur, Toi seul, ma propre sainteté ! », car au seul regard humain c’est impossible.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF