Mercredi des cendres: les chrétiens entrent en Carême

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

mercredi 14 février à 7h18

Durée émission : 7 min

Mercredi 14 février, les chrétiens entre en Carême. Un mot qui fait écho à un chiffre, 40, et à plusieurs symboles.

Le Carême, ce sont les 40 jours qui nous séparent du jour de Pâques, eux-même en référence aux 40 jours passés par Jésus dans le désert avant son baptême, symbole des 40 ans vécus par le peuple juif dans le désert avant d'atteindre la Terre promise. A partir de là, comme l'a redit le pape François dans son message pour le Carême 2018, "ce temps est le signe sacramentel de notre conversion".
 

Aumône, jeûne et prière

Un temps d'attente de Pâques mais aussi un temps d'action pour nous préparer à recevoir le message du Christ par le biais de l'aumône, du jeûne et de la prière. Trois piliers que les évêques de France nous appelle cette année à vivre dans la sobriété, comme l'explique Mgr Thibault Vergny, évêque auxiliaire de Paris.

Mais le tout premier premier geste de sobriété se vivra aujourd'hui lors de la messe du mercredi des cendres avec l'imposition des cendres, rappelle Mgr Vergny qui reste très frappé de la grande affluence que connait chaque année cette célébration liturgique loin d'être la plus joyeuse du calendrier liturgique.
 

Un nombre de catéchumènes en hausse

Cette sobriété et cette humilité du Carême, certaines personnes la vivent pleinement de par leur cheminement personnel. Il s'agit des catéchumènes, ces adultes qui ont choisi de demander le baptême pour entrer dans la vie chrétienne. Ils étaient 4 500 à travers toute la France l'an dernier à le recevoir à Pâques.

Un chiffre continuellement en hausse ces dernières années et qui était deux fois moins important il y a 10 ans. Pour eux, qui viennent de passer deux ans à se préparer, le Carême prend un caractère tout particulier comme le confie Carine, baptisée à Notre-Dame des Champs à Paris, il y a 2 ans.
 

Se faire accompagner vers Pâques

Quelque soit l'avancée de sa foi, chacun peut ainsi trouver sa manière de vivre ce Carême. Et pour cause, il existe en réalité autant de possibilités que de fidèles. D'autant que cela dépend beaucoup des différentes tranches d'âge. Une certitude : nombre de fidèles cherchent un accompagnement sur ce chemin vers Pâques.

Un accompagnement grâce à ses proches, à sa paroisse, voire à Internet. Il suffit de regarder l'affluence auprès de la proposition des Dominicains de Lille, "Carême dans la ville" qui compte à ce jour pas moins de 140 000 inscrits à travers la France et le monde. Un engouement qui s'explique très clairement selon le frère Benoit Ente, responsable de cette proposition.

Ce soir, peut-être serez vous partagée entre la communion fraternelle du Carême, le football et la Saint-Valentin. Rassurez-vous. si tel est le cas, pas de dilemme à avoir à en croire Mgr Thibault Vergny, l'auxiliaire de Paris qui conclut en nous partage son secret : "Il faut choisir les horaires en conséquence !"
 

Les dernières émissions