"On met la lampe sur le lampadaire pour que ceux qui entrent..." (Lc 16, 16-18)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

lundi 23 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"On met la lampe sur le lampadaire pour que ceux qui entrent..." (Lc 16, 16-18)

© alexandra seinet

"On met la lampe sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière"

Méditation de l'évangile (Lc 16, 16 - 18) par le père Michel Quesnel

Chant final : "Light of the world (Lumière du monde)" - Hymne officielle des JMJ de Toronto en 2002

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait aux foules :
    « Personne, après avoir allumé une lampe,
ne la couvre d’un vase
ou ne la met sous le lit ;
on la met sur le lampadaire
pour que ceux qui entrent voient la lumière.
    Car rien n’est caché
qui ne doive paraître au grand jour ;
rien n’est secret
qui ne doive être connu
et venir au grand jour.

 Faites attention à la manière dont vous écoutez.
Car à celui qui a,
on donnera ;
et à celui qui n’a pas,
même ce qu’il croit avoir sera enlevé. »

Source : AELF
 

Méditation Père Michel Quesnel

Le discours en paraboles de Luc est plus court que chez Marc et Matthieu. Il se limite à la parabole du Semeur et aux quelques phrases imagées qui nous sont proposées aujourd’hui. Il y est question de voir (la lampe, la lumière) et d’entendre : « Faites attention à la manière dont vous écoutez. » La vue et l’ouïe : les deux sens principaux par lesquels nous établissons une communication avec notre environnement et avec les personnes qui nous entourent.

Jésus nous appelle à bien utiliser la vue et l’ouïe à deux moments du temps : le présent et le futur. Dans le présent, il convient de repérer la lumière qui émane de Dieu et de la faire briller devant les yeux de nos frères. L’Evangile est un trésor ; il serait dommage de dissimuler la flamme dont il est porteur ; nos contemporains ont besoin de la voir. Mais tout ne passe pas par la vue. « L’essentiel est invisible pour les yeux », écrivait Saint-Exupéry. La parole, cela s’écoute. Voir est instantané ; écouter demande du temps, le temps qu’une parole s’énonce et se déploie. Ce temps est nécessaire pour l’assimilation et l’intériorisation d’un message.

Les propos de Jésus ont également une dimension future. Nous n’aurons jamais fini de découvrir les richesses de l’Evangile ; certaines sont encore cachées. Nos civilisations masculines, par exemple, n’ont pas pleinement tiré parti de l’estime que Jésus portait aux femmes et du respect qu’il leur témoignait, alors que l’atmosphère de l’époque n’allait pas du tout dans ce sens. L’exégèse doit se renouveler sans cesse.

Tu es lumière, Seigneur, et ton Esprit parle à l’intérieur de nous-mêmes. Que tous nos sens soient en éveil pour assimiler ton Evangile.

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF