Mgr Pascal Gollnisch: "les chrétiens d'Orient ne sont pas une communauté qui subit passivement"

Présentée par PR-20989

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 15 mai à 8h10

Durée émission : 12 min

Le Grand Invité

© Corinne SIMON/CIRIC

Dimanche 17 mai prochain se tiendra la journée de prière pour les chrétiens d'Orient. L'occasion de (re)découvrir les témoins des origines du christianisme.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Une économie à terre

L'épidémie de Covid-19 vient renforcer une situation économique précaire en Irak, au Liban, en Syrie. Une sorte de double peine après le conflit qui secoue la région. "Ces pays ont des économies fragiles, une situation politique tourmentée. Avant le coronavirus, il y avait des manifestations en Irak avec une réclamation très forte pour changer de politique. Idem au Liban. Voici que le coronavirus a créé des conditions de confinement extrêmement dures, bien que le virus ne semble pas s'être développé autant qu'en Europe" explique Mgr Pascal Gollnisch, le directeur de l'Oeuvre d'Orient.

"La population a été privée de travail. Il n'y a pas de chômage partiel. L'économie fragile de ces pays est totalement par terre. [...] Les chrétiens d'Orient ne sont pas une communauté qui subit passivement. Ils sont actifs dans une mission auprès de la population, notamment sur le plan alimentaire. Il y a des distributions alimentaires qui sont faites dans les paroisses par la Caritas locale. On essaie de nourrir les familles les plus pauvres" ajoute-t-il.
 

Une hausse des attaques de Daesh

Au Liban, les chrétiens s'investissent dans l'éducation. "Les écoles accueillent des élèves chrétiens et musulmans. Cela construit la société de demain. Ils accueillent des garçons et des filles, ce qui n'est pas si évident. C'est un lieu d'éducation au respect mutuel" lance encore le directeur de l'Oeuvre d'Orient. Autant d'activités sociales soutenues par les volontaires de l'ONG.

Depuis plusieurs semaines, on constate une hausse des attaques de Daesh en Irak. "C'est une stupéfaction, même si on le craignait. La communauté internationale pouvait l'anticiper et prendre les moyens d'empêcher ces résurgences. On sait que des personnes de Daesh sont enfermés en Syrie, et Daesh a clairement annoncé qu'ils viendraient les libérer. Ils profitent de la crise sanitaire et politique" explique Mgr Pascal Gollnisch.

"Il faut des Etats forts pour lutter contre Daesh. Ce qui ne veut pas dire des dictatures. Il faut des Etats qui rétablissent les économies, qui se battent pour la citoyenneté, pour les libertés fondamentales. C'est ce que nous ont montré les manifestants. Il faut lutter contre la corruption, la liberté d'expression. J'appelle les grands organismes des droits de l'homme à s'investir sur le Moyen-Orient. Pour l'instant ils sont d'un silence affligeant sur la question de la liberté religieuse dans cette région" conclut le président de l'Oeuvre d'Orient.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.