"Ne craignez pas ceux qui tuent le corps" (Mt 10, 24-33)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Prière du matin

samedi 13 juillet à 5h45

Durée émission : 5 min

"Ne craignez pas ceux qui tuent le corps" (Mt 10, 24-33)

© andrew-pons-unsplash

"Ne craignez pas ceux qui tuent le corps"

Commentaire d'Evangile (Mt 10, 24-33) par le Père Sébastien Antoni

Chant final : "Seigneur, ô Maître souverain" par la Chorale de l'EMMANUEL

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses Apôtres :
    « Le disciple n’est pas au-dessus de son maître,
ni le serviteur au-dessus de son seigneur.
    Il suffit que le disciple soit comme son maître,
et le serviteur, comme son seigneur.
Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison,
ce sera bien pire pour ceux de sa maison.
    Ne craignez donc pas ces gens-là ;        
rien n’est voilé qui ne sera dévoilé,
rien n’est caché qui ne sera connu.
    Ce que je vous dis dans les ténèbres,
dites-le en pleine lumière ;
ce que vous entendez au creux de l’oreille,
proclamez-le sur les toits.
    Ne craignez pas ceux qui tuent le corps
sans pouvoir tuer l’âme ;
craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne
l’âme aussi bien que le corps.
    Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ?
Or, pas un seul ne tombe à terre
sans que votre Père le veuille.
    Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
    Soyez donc sans crainte :
vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
    Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes,
moi aussi je me déclarerai pour lui
devant mon Père qui est aux cieux.
    Mais celui qui me reniera devant les hommes,
moi aussi je le renierai
devant mon Père qui est aux cieux.

Source : AELF 
 

Méditation Père Sébastien Antoni

Pas de place pour la peur ! Ne craignez pas !... pas des petites craintes ordinaires qui paralysent pour un instant… une sorte de timidité mal ajustée… la crainte ici c’est autre chose… celle pour qui il n’y a pas de place, c’est la crainte qui empêche de témoigner de l’amour de Dieu. La crainte de paraitre déraisonnable, fou, demeuré, dépassé, démodé… la crainte d’être contredis jusqu’à la haine parfois… bon jusque-là… on est d’accord avec Jésus. C’est logique et même évangélique. Mais c’est la suite qui pose question tout de même… car si nous demandons à Jésus ce qui peut nous aider à traverser la crainte, sa réponse est pour le moins bizarre… . Il la donne juste avant sa consigne, lorsqu'il dit: "Le disciple n'est pas au-dessus du Maître, ni le serviteur au-dessus de son Seigneur. Puisqu'ils ont traité de Béelzéboul le maître de maison, à combien plus forte raison le diront-ils de ceux de sa maison!" Ainsi notre raison de ne pas craindre, c'est que notre destin reproduit celui de Jésus, le  Serviteur de Dieu, que nous sommes dans son attraction son influence… Notre assurance, notre audace de témoins, est donc d'emblée paradoxale: ce qui doit nous immuniser contre la peur, c'est que notre Maître est allé jusqu'à la mort ! Une autre raison de ne pas tomber sous le joug de la crainte c’est la promesse de Jésus qui suit… "Rien n'est voilé qui ne sera dévoilé. Rien n'est secret qui ne sera connu."  Ce n’est pas une petite promesse au passage du genre que tout viendra en tant voulu et qu’il ne faut pas s’inquiéter… non c’est bien plus que cela… c'est l'affirmation, par le Christ, que la lumière est déjà victorieuse, et que Dieu accompagne le témoignage de ses fils et de ses filles parce qu'il veut, par eux et par elles, dévoiler au monde ses richesses. Il ne faut pas avoir peur, pas plus pour nous que pour notre message. Car si nous sommes porteurs de ce que Dieu révèle, il n'y a rien à craindre ni de l'oppression physique, ni de la solitude intellectuelle, ni des mutations de la culture et de l'histoire, ni de la perte de tout modèle autre que Jésus-Christ.
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF