"Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous ..." (Lc 7, 31-35)

Présentée par UA-135939

S'abonner à l'émission

Prière du matin

mercredi 16 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous ..." (Lc 7, 31-35)

© michal-bielejewski-UNSPLASH

"Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous n’avez pas pleuré"

Méditation de l'évangile (Lc 7, 31-35) par le père Sébastien Antoni

Chant final: "Bénis le Seigneur ô mon âme" par Les Fraternités monastiques de JERUSALEM

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à la foule :
    « À qui donc vais-je comparer les gens de cette génération ?
À qui ressemblent-ils ?
    Ils ressemblent à des gamins assis sur la place,
qui s’interpellent en disant :
“Nous avons joué de la flûte,
et vous n’avez pas dansé.
Nous avons chanté des lamentations,
et vous n’avez pas pleuré.”
    Jean le Baptiste est venu, en effet ;
il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin,
et vous dites : “C’est un possédé !”
    Le Fils de l’homme est venu ;
il mange et il boit,
et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne,
un ami des publicains et des pécheurs.”
    Mais, par tous ses enfants,
la sagesse de Dieu a été reconnue juste. »
 
Source : AELF

Méditation Père Sébastien Antoni

Et si Jésus revenait, là, tout de suite. Si un jeune homme de 30 ans environ se mettait sur la place à côté de chez vous parlant au nom de Dieu ? Qu’est-ce que vous feriez ? Irez-vous vous précipiter pour l’écouter ? Avouons-le … passer son chemin serait sans doute le réflexe le plus partagé par la plupart d’entre nous. Au risque de manquer le passage de Dieu dans notre vie… Ne pas reconnaître le moment où Dieu passe dans le monde, si je vivais au temps du Christ, je l’aurais sans doute moi aussi manqué comme des millions de personnes qui n’avaient jamais entendu parler de ce charpentier de Nazareth mort sur une croix et soi-disant vivant pour une poigné de farfelus. Et je serais passé à côté de la chance de ma vie. Mais peut-être qu’aujourd’hui, je demeure encore éloigné de lui, plus proche d’une image que je me suis dessinée de lui, d’une idée que je me suis montée sur son identité, un Dieu construit… mais qui  n’est pas lui… C’est un danger permanent. Et les embrigadements sur les idées sur Dieu ont la peau dure…. Mais elles se reconnaissent  dans la raideur de nos attitudes ou de nos jugements… raideur d’une forme de prière, soi disant la seule qui vaille, raideur sur une vision morale, soi disant applicable partout et par tous, une seule manière de vivre raide que l’on voudrait voir mise en œuvre dans toute l’Eglise et dans le monde entier… Et bien la raideur triste n’est pas l’évangile. Ceux qui vivent leur foi tristement ne sachant pas danser au son de la flute, de la joie ou qui ne savent pas partager un bon repas celui de la fraternité avec tous… sont loin du Seigneur.  Ceux qui estiment qu’il ne faut pas se mêler ou rencontrer les autres à la même table de la fraternité… ces tables dont ils se privent car elles sont entourées par des gens peu fréquentables car différents d’eux dans leurs origines, leur statut, leur naissance ou leur manière d’aimer.... sont loin de Dieu. Dans la vie ordinaire, celui qui est raide ne sait pas danser et fait sourire ceux qui le regardent quand il se retrouve sur la piste de danse, tant il ne semble pas à sa place sur le parquet … dans la vie de foi c’est pareil celui qui  est raide n’est pas tout à fait à sa place dans la liberté que donne l’évangile…. De la souplesse, mes amis ... Dieu se révèlera !
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF