Nouveau départ pour la Commission von der Leyen ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique Europe

vendredi 22 novembre à 7h20

Durée émission : 3 min

Nouveau départ pour la Commission von der Leyen ?

Lundi dernier, le Parlement européen adoubait enfin le dernier candidat Commissaire, le hongrois Oliver Varhelyi : la fin du feuilleton des auditions parlementaires de la nouvelle Commission

00:00

00:00

La Commission von der Leyen va-t-elle pouvoir prendre ses fonctions le 1er décembre prochain ?

A priori, oui. Je ne veux pas trop m’avancer, car cette séquence – ce feuilleton, qui a commencé en juin dernier, nous a réservé quelques surprises. Mais avec la validation des nouveaux candidats français, roumain et hongrois, la voie semble en effet se dégager pour le vote de confirmation du Parlement européen en plénière la semaine prochaine. Ce serait, en effet, une très grosse surprise si la Commission von der Leyen n’obtenait pas une majorité, et si celle-ci n’était pas largement plus confortable que celle avec laquelle Ursula von der Leyen avait été élue le 13 juillet par le même Parlement.

Il y aurait pu y avoir un épisode supplémentaire à cette séquence avec le refus exprimé par le Royaume-Uni, en pleine campagne électorale, de nommer un Commissaire britannique. Mais, il semble que la procédure d’infraction lancée par la Commission suffise à assurer que le futur exécutif européen se conforme bien aux Traités.

On peut dire que cette séquence aura été longue mais aussi marquée par de nombreuses tensions et rebondissements – je pense notamment au rejet de la candidature de Sylvie Goulard.  Il me semble que deux facteurs ont joué dans cette séquence. D’une part et principalement, l’absence de majorité stable au Parlement européen a favorisé les comportements imprévisibles ou les règlements de compte entre groupes politiques. Mais, d’autre part, il faut également relever que l’inexpérience d’Ursula von der Leyen sur la scène européenne et notamment au contact du Parlement européen a sans doute joué et n’a donc pas permis de changer la donne.

Est-ce que les rapports de force auxquels nous avons assisté préfigurent ceux des cinq années à venir ?

Tout va dépendre de la manière dont Ursula von der Leyen va réussir ou non à reprendre la main. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la séquence dont elle sort ne l’a pas renforcée. Elle a ainsi semblé passive et subir les événements depuis la présentation de son Collège en juillet dernier. Mais, plus grave selon moi, Ursula von der Leyen a semblé se laisser imposer, au cours de cette séquence, de nombreuses choses, en particulier, par les Etats membres. Rappelez-vous comme certains dirigeants européens (le président français, le premier ministre hongrois, etc.) ont insisté sur l’importance du portefeuille qui leur était attribué, au mépris de l’esprit européen le plus élémentaire.

Il lui faudra donc reprendre la main, car rien ne serait pire qu’une Commission qui resterait l’otage des velléités des Etats pour les cinq prochaines années.

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 7h20

Chaque semaine, dans la Matinale RCF, une analyse politique de l'Union européenne et de ses grands enjeux.

Le présentateur

Edouard Simon

Edouard Simon est directeur du bureau de Bruxelles du think-tank Confrontations Europe