Nouveaux espoirs et nouveaux devoirs

Présentée par PR-23905

S'abonner à l'émission

L'édito de Blanche Streb

vendredi 9 octobre à 7h55

Durée émission : 3 min

Nouveaux espoirs et nouveaux devoirs

© DR

Blanche Streb s'interroge sur certaines recherches scientifiques qui peuvent être utilisées à mauvais escient, notamment quand elles appréhendent l'embryon humain comme un objet.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Le prix Nobel de chimie a été attribué à deux femmes : l’Américaine Jennifer Doudna et, cocorico, à la Française Emmanuelle Charpentier ! Grande fierté pour notre pays, même si elle a quitté la France dès la fin de ses études pour les Etats-Unis, la Suède puis l’Allemagne où elle dirige actuellement un centre de recherche. Ces deux brillantes chercheuses ont contribué à ce qui est sans doute l’une des plus grandes découvertes de l’histoire, qui valait bien ce Nobel: CRISPR-Cas9. C’est une technique de génie génétique révolutionnaire qui permet de modifier facilement l’ADN de n’importe quelle cellule. En santé humaine, cela ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre et traiter de nombreuses maladies. Il y a déjà plus de 30 essais cliniques dans le monde. On peut sincèrement se réjouir de ces progrès thérapeutiques présents et futurs.

Mais, revers de la médaille, cette technologie peut s’utiliser sur les spermatozoïdes, les ovules et bien sûr, les embryons humains. Ainsi s’ouvre l’ère du bébé sur mesure. Ce n’est plus de la science-fiction, cette ligne rouge a été franchie en Chine, où des bébés génétiquement modifiés sont déjà nés, en dépit de tout principe de précaution, créant ainsi, à juste titre, une indignation mondiale. Ces bébés sont les propres cobayes de la technique qui a contribué à les concevoir. Ce ne sont même plus des essais sur l’homme, mais des essais d’homme.

En France, loin de nous prémunir des menaces d’un mauvais usage de ces techniques, le projet de loi bioéthique prévoit d’autoriser la recherche et la création d’embryons transgéniques qui ne seront pas, pour l’instant, réimplantés en vue de faire naitre ces bébés. C’est un garde-fou majeur qui vole en éclats. Car autoriser ces expérimentations relève d’une mentalité qui considère l’embryon humain comme un objet et qui s’accorde d’emblée avec la suite inhérente à cette logique. C’est l’un des basculements les plus graves de ce projet de loi qui n’a plus rien de bio et encore moins d’éthique, et contre lequel se sont fermement levés nos évêques et de nombreuses associations derrière le label Marchons Enfants qui organise des mobilisations demain dans toute la France.
 
L’humanité n’a jamais eu autant besoin d’apprendre à autolimiter sa propre puissance. L’écologie n’a de cesse de nous le rappeler douloureusement. On peut rêver d’un progrès qui reste au service de l’homme sans l’asservir, mais pour cela notre responsabilité doit croître en même temps que notre capacité technique. Les prodigieuses mutations des biotechnologies offrent à l’homme de nouveaux pouvoirs, suscite de nouveaux espoirs mais exigent de nous de nouveaux devoirs.
 
 

Les dernières émissions

Le présentateur

Blanche Streb

Blanche Streb est essayiste, chroniqueuse, conférencière, auteur de "Éclats de vie" (éd. Emmanuel, 2019) et "Bébés sur mesure - Le monde des meilleurs" (éd. Artège, 2018). Elle est aussi directrice de la Formation et de la recherche d’Alliance Vita.