Omerta

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un mot, un jour

jeudi 13 février à 8h55

Durée émission : 4 min

Un mot, un jour

On met souvent en avant ce mot, l’omerta, notamment pour telle ou telle institution, où il semble bien que l’on n’ait pas été transparent quant à des faits répréhensibles connus de beaucoup.

C’est une attitude connue de longue date que l’on a d’abord appelé la loi du silence, mais qui est reprise avec force avec ce mot étranger, curieux, l’omerta, dont on va donc raconter l’origine.

En effet, c’est un mot italien, et même précisément sicilien, omerta étant une forme dialectale du mot umilta, l’humilité, curieuse humilité qui en réalité, sous un joli mot, désigne quelque chose de bien laid, en l’occurrence la soumission aux consignes de silence imposées par la Mafia à propos de tout ce qui concerne ses activités répréhensibles. Le mot est de fait entré en français assez tardivement, puisqu’il n’est attesté que depuis 1952.

C’est un mot qui s’est d’abord répandu dans les communautés méditerranéennes par rapport aux activités clandestines et secrètes de la Mafia, mais ensuite, par extension, ce fut aussi cette loi du silence, coupable, dans des milieux constitués comme celui des affaires, des partis politiques et en ce moment, de certaines fédérations sportives. Le mot fut par ailleurs repris dans des titres de roman ou de films, en lui donnant paradoxalement une grande visibilité. C’est par exemple le nom d’un roman de Mario Puzo et puis, de 1996 à 1999, Omertà fut aussi le titre d’une série télévisée québécoise de trente-huit épisodes d’une durée de quarante-cinq minutes chacun, créée par Luc Dionne.

Ce fut un vrai succès dans la francophonie, on ajoutera enfin un film portant ce nom en 2012, et pour finir un jeu vidéo de même nom, mettant en scène des gangsters, autant d’éléments qui font entrer en force le mot dans la langue française. On aimerait voir et le principe et le mot disparaître, car il s’agit bien ici non pas de la discrétion, mais du silence sur des faits scandaleux, dont on se rend complice.

D’où des formules comme la conspiration du silence. Et puis là, en repensant à la Mafia, les auteurs de mots croisés on fait très fort et je ne peux pas faire autrement que de citer une de leur définition

Omerta définie affreusement comme : « Donne le choix entre l’or ou le plomb ». Arrière le plomb… C’est finalement le silence qui est de plomb !

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h55

Jean Pruvost, lexicologue passionné et passionnant vous entraîne chaque matin dans l'histoire mouvementée d'un simple mot !  

Le présentateur

Jean Pruvost

Chroniqueur de langue à RCF depuis 2011, Jean  choisit chaque jour un mot de l’actualité, pour l’intense plaisir d’en partager la saveur, en ouvrant les dictionnaires de sa bibliothèque qui en compte dix mille… Explorer ensemble les mots, c’est construire des harmonies. Jean aime aussi marier les mots et les notes sur sa guitare.