Parents d'élèves handicapés, un site internet pour faire connaître leurs difficultés

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'invité de la rédaction

lundi 19 août à 8h10

Durée émission : 7 min

L'invité de la rédaction

© PASCAL PAVANI / AFP - Le 03/09/2019, dans les couloirs de l'École élémentaire publique Buffon (Toulouse)

Bientôt la rentrée scolaire, synonyme de parcours du combattant pour les parents d'élève handicapé. L'Unapei vient de publier marentree.org, un site pour faire connaître leurs difficultés.

Dans deux semaines, les enfants reprendront le chemin de l'école. Et pour les parents d'enfants handicapés, la rentrée ressemble souvent à un parcours du combattant. Pour recueillir et faire connaître leurs difficultés, l'Unapei, une fédération d’associations qui défend les intérêts des personnes handicapées et de leurs familles, a décidé de lancer le site internet marentree.org. Explications de Coryne Husse, vice-présidente de l'Unapei.
 

"Un combat de tous les instants"

L'Unapei se donne un rôle de "lanceur d'alerte" en plubliant marentrée.org : la plateforme va permettre aux parents de s'exprimer "autour des parcours individuels de leurs enfants et les difficultés qu'ils rencontrent au quotidien", explique Coryne Husse. Lancé il y a une semaine, le site a déjà recueilli 61 témoignages.

Absence de places, accueil dans une structure qui ne convient pas, scolarisation partielle, inadaptée à leurs besoins ou inexistante, etc. "De plus en plus nous avons des parents qui très justement revendiquent un besoin de scolarisation, une éducation pour leurs enfants, et notamment pour les enfants dont les besoins sont complexes. C'est toujours un combat de tous les instants pour que ces enfants bénéficient d'une scolarisation."
 

Un manque de moyens, mais pas seulement

En 2018, plus de 340.000 enfants handicapés ont été scolarisés en milieu ordinaire. La moitié d'entre eux bénéficiaient d'un accompagnement. On se heurte en France à "un manque de formation des professionnels de l'Éducation nationale". Les enfants porteurs de handicap peuvent avoir besoin d'être entourés d'orthophonistes ou d'infirmiers, par exemple. Or "les ressources médico-sociales peinent à entrer dans l'école", constate Coryne Husse.
 

DE FORTES ATTENTES VIS-À-VIS DES MESURES ANNONCÉES PAR LE GOUVERNEMENT

Si l'Unapei "reconnaît la volonté politique pour faire avance les choses", elle note un besoin "d'aller plus loin". Et notamment de "décloisonner" l'Éducation nationale "pour que les compétences puissent intervenir dans l'école". Et à l'inverse permettre à des professeurs détachés de venir ensigner au sein d'instituts médico-éducatifs (IME). La question est aussi celle des moyens, il faudrait "multiplier le nombre de professeurs". 

Au mois de juin dernier, le gouvernement a annoncé la mise en place d'une cellule de réponse à la prise en charge sous 24 heures des dossiers des élèves en situation de handicap. "Nous portons un regard très positif sur cette ligne, commente Coryne Husse, qui ajoute nous serons très attentifs à la mise en œuvre des mesures qui sont annoncées par le gouvernement."

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque jour, la rédaction nationale RCF vous propose un entretien avec un acteur de la société civile ou une personnalité engagée dans le domaine associatif, politique, entrepreneurial ou religieux.

Le présentateur

Florence Gault

Journaliste à RCF depuis 2005, Florence a d’abord travaillé à RCF Méditerranée, à Toulon pendant six ans, avant de rejoindre la rédaction nationale. Globe-trotter dans l’âme, elle aime partir à la rencontre de l’autre. Ce qu’elle préfère à la radio: jouer avec les sons pour vous raconter des tas d’histoires!