Patrick Chêne: "l'hôpital public est un joyau formidable"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 24 septembre 2018 à 8h10

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© LOIC VENANCE AFP

Emmanuel Macron a dévoilé mardi dernier son plan santé. Une réforme d’envergure du système de santé français, qui se veut notamment un remède pour l’hôpital.

UN plaidoyer en faveur de l'hôpital public

On ne présente plus Patrick Chêne. Journaliste, il a pendant longtemps animé l’émission Stade 2. Stade 2, le titre de son dernier livre, c’est également une référence au cancer que le journaliste a contracté en 2017. Dans ce livre, écrit avec son urologue, Patrick Chêne livre un vibrant plaidoyer en faveur de l’hôpital public. "Cela m’a bouleversé que je rencontrai autant de bienveillance, de gens exceptionnels, et que ces gens étaient plein de souffrance car comme dans certains secteurs de notre économie, l’hôpital public est géré avec des tableaux Excel" explique-t-il.

"Je n’aurai pas écrit un livre pour raconter mes malheurs, fussent-ils important comme ils l’ont été. Mais lorsqu’on est Patrick Chêne, on a un accès aux soins plus faciles. On passe un coup de fil, on a un numéro en quelques heures et le lendemain on voit un urologue. Ça c’est vrai. Ensuite, il n’y a aucune différence. Quand vous rentrez dans le système de soin en France, il prend tout le monde en charge de la même manière, qu’il ait payé un euro de cotisation ou 10.000 euros de cotisation. En revanche, il est plus facile d’avoir accès aux soins lorsque vous êtes connus. Et c’est un problème important" ajoute-t-il.
 

Un système envié dans le monde entier

A propos de l’image renvoyée par l’hôpital en France, le journaliste précise que "la bienveillance dont font preuve les soignants, il faut leur rendre. Il ne faut pas tout le temps se plaindre, comme on est spécialiste dans notre pays, mais il faut aussi se dire que l’on a assez de soucis quand on est malade pour se retrouver dans des locaux vétustes. Vous avez des hôpitaux d’une vétusté à Paris, c’est inouï". Ce livre est également l’occasion pour Patrick Chêne de rendre hommage à tout le personnel médical.

Patrick Chêne avait sans doute les moyens de soigner son cancer dans le privé. Il a choisi le public, qu’il défend. "C’est un joyau formidable dont les Français ne se rendent pas compte de la valeur. Et quand on ne se rend pas compte de la valeur d’une chose, on ne la défend pas assez. Ce qui en fait la valeur, c’est son personnel, et puis une expertise exceptionnelle. Notre système et la qualité de nos soignants nous sont enviés dans le monde entier" ajoute-t-il.
 

"Emmanuel Macron a bien compris le problème"

Le journaliste livre un plaidoyer pour l’hôpital public, mais il n’est en rien naïf. Cet hôpital est en souffrance. "J’ai entendu Emmanuel Macron. Il a bien compris la problématique. Il a dit que l’organisation n’était pas bonne, et que ce sont les patients et les soignants qui en souffrent. Lorsqu’on a dit ça, on a tout compris" précise Patrick Chêne.

Dans son livre, ce dernier livre enfin quelques réflexions sur la "gratuité" des soins, notamment pour les plus riches. Évidemment, il s’agit d’une fausse gratuité car il existe les cotisations sociales. "Je veux bien que l’on joue sur les mots, que l’on cotise un euro ou plus, vous êtes soignés de la même manière. Quand vous avez été sauvé par l’hôpital public, et que vous n’avez pas sorti votre carte bleue, il n’est pas indécent lorsque l’on a des moyens, de participer" conclut-il.
 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.