Pauvreté: "on se bat au quotidien pour ne pas sombrer" explique Maria Théron

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 17 octobre à 8h10

Durée émission : 15 min

Pauvreté: "on se bat au quotidien pour ne pas sombrer" explique Maria Théron

© RCF

On célèbre aujourd'hui la Journée mondiale du refus de la misère, une journée née en 1987 à l’initiative du fondateur d’ATD Quart Monde, le père Joseph Wresinsky.

Cette journée a été officialisée par l’ONU en 1992. Cette édition est placée sous le signe de l’enfance. Maria Théron est militante du mouvement l’ONG ATD Quart Monde. La pauvreté, elle connaît. Ella grandi dans une famille pauvre. Elle fait partie de ceux et celles qui osent prendre la parole et agir pour en finir avec la grande pauvreté. Avec ATD, elle a fait partie pendant deux ans du Conseil national de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.
 

"On est resté soudé malgré notre misère"

Être pauvre quand on est enfant, "c’est de la torture intérieure. On est face à un père absent ou à une maman qui travaille 14h par jour. On ne veut pas rajouter le mal au mal. On n’essaie de ne pas lui montrer qu’on a capté ce que l’on vit. On fait comme si de rien n’était. On n’est pas comme les autres enfants. Nos habits sentent le fioul quand on arrive à l’école. On se fait rabaisser sans cesse. On commence à être exclu très tôt. Il n’y a pas de Noël".

En dépit de cela, Maria Théron admet avoir eu une enfance heureuse. "On avait une maman qui se privait pour nous. On est resté soudés, malgré notre petite misère. Il y avait beaucoup d’amour, d’attention les uns envers les autres" lance-t-elle, expliquant tout de même avoir vécu avec la peur permanente d’être placé. "Quand il y avait un petit accident à domicile, on essayait de le cacher pour ne pas qu’on nous enlève à notre maman" lance-t-elle.
 

"On n'est pas à l'abir de tout perdre"

Maria Théron devient maman à l’âge de 17 ans. Le père est militaire. Ensemble, ils auront trois enfants. Elle va alors tout faire pour faire ne pas calquer sur eux le schéma de son enfance. "Quand il y avait des problèmes financiers à la maison, on n’en parlait pas devant eux. On avait cette force là. Mes enfants ont eu des Noëls, des anniversaires" témoigne-t-elle, déclarant avec fierté avoir pris "une revanche sur la vie" car ses enfants n’ont jamais connu la pauvreté.

Il y a neuf ans pourtant, nouveau basculement. Maria Théron se sépare de son compagnon. Débutent alors trois années de galère, sans avoir de logement propre. "Je suis hébergé chez des amis. Je me suis dit que tout recommençait. On se bat au quotidien pour ne pas sombrer. Les amis m’ont aidé à tenir, tout comme ATD Quart Monde" explique-t-elle. Aujourd’hui, sa vie reste fragile : il est difficile pour elle de partir en vacances, de faire des activités, et de manger à sa faim. "On n’est pas à l’abri de toute perdre" conclut-elle.

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.